Vente superbe d'analyse de sang de prolongation de la durée de vie utile

Magazine de prolongation de la durée de vie utile

LE Magazine en août 2004
image
Pourquoi nous avons besoin de jurys entièrement au courant

L'association de fortune pleinement informée de fortune américaine d'institut (AJI/FIJA) est l'avocat national pour la droite des personnes chargées d'un « crime » être jugé par un jury qui est permis d'entendre les « faits » du cas et de déterminer si la « loi » elle-même est appliquée juste. En d'autres termes, pour que le gouvernement prive un citoyen de sa liberté personnelle, AJI/FIJA insiste sur le fait qu'un jury doit être « entièrement au courant » au sujet de tous les aspects du cas, et à ne pas limite à un étroit, version unilatérale présentée seulement par les procureurs.

Combien importantes sont ces droites de fortune ? Un exemple de système de fortune cassé d'aujourd'hui a été rapporté récemment en Californie, où le gouvernement fédéral a condamné un homme de vendre la marijuana pour l'usage médical. Le problème avec cette conviction était que l'homme travaillait sous les auspices d'une nouvelle loi de la Californie qui permet la vente de la marijuana pour l'usage médical. Le juge d'apprendre ont interdit les jurés, cependant, que cet homme exerçait ses activités selon le nouveau droit national et sous un permis de la ville d'Oakland.

Après la conviction, le media a interviewé les jurés, et les jurés ont été choqués qu'ils avaient à tort condamné quelqu'un d'un « crime » quand l'état avait spécifiquement autorisé l'activité en question. Cet homme a été condamné parce que le jury n'a pas été permis d'entendre le « fait » que les activités de cet homme étaient « loi de dessous juridique de la Californie. » Le procureur fédéral a convaincu le juge que le simple « fait » (que la Californie a permis cette activité) n'était pas approprié à ce cas. Cependant, selon les jurés, les a faits « informer » que cet homme fonctionnait sous les auspices de la loi médicale de la marijuana de la Californie, ils ne l'aurait pas condamné.

Ces genres d'atrocités se produisent chaque jour aux Tribunaux Pénaux, où des « faits » sont à tort refusés aux jurés, ayant pour résultat des convictions défectueuses. Encore plus mauvais qu'étant privé des « faits critiques, » des jurys sont niés n'importe quelle occasion d'évaluer les mérites de la « loi. » Un exemple fondamental de ce genre de puissance d'action judiciaire déchainée se trouve en dessous des milliers de pages de « loi » contenue dans la nourriture fédérale, la drogue et la Loi cosmétique. En citant arbitrairement n'importe quelle « loi » hors de ceci l'albatros politiquement inspiré, FDA peut aléatoirement incarcérer pratiquement n'importe qui qui tombe sous son vaste parapluie de réglementation. Même des personnes qui importent les médicaments à plus bas prix du Canada peuvent être criminel poursuivies si FDA choisit ainsi.

La seule barrière à condamner quelqu'un d'une « mauvaise loi » est un jury entièrement au courant. Les juges d'aujourd'hui, cependant, retiennent des données critiques aux jurys sur injonction des procureurs. Un résultat de ces injustices brutes est qu'il y a plus de personnes emprisonnées par habitant aux USA que dans n'importe quel autre pays dans le monde !

William Penn : Origine des droites de fortune
William Penn était un chef des quakers à Londres du 17ème siècle. La section n'a pas été identifiée par le gouvernement anglais, qui l'a interdite pour se réunir dans n'importe quel bâtiment afin du culte. En 1670, Penn a tenu un service de culte qui a été occupé par un groupe paisible de quakers semblables. Un Penn et un Quaker différent, William Mead, ont été arrêtés sur une charge de toucher à la paix du roi et appelés au procès de support.

Une fois apporté à la cour, Penn a exigé de savoir en vertu de quelle loi ils étaient chargé. La cour a refusé de fournir cette information et à la place s'est référée vaguement au droit coutoumier. Quand Penn a protesté qu'il a eu droit à un acte d'accusation spécifique, il a été enlevé de la présence du juge et du jury, et confiné dans un coin inclus de la salle connue sous le nom de balle-dock. De là, il ne pourrait ni confronter les témoins qui l'ont accusé de la prédication aux quakers ni leur posent des questions sur leurs frais contre lui. Si condamné, Penn a fait face à l'exécution.

Le juge s'est attendu à ce que le jury donne au gouvernement un verdict coupable clair. Quand le jury n'a pas condamné Penn de pratiquer « une religion illégale, » le juge était près de se. Le juge a alors publié le décret suivant :

Des « messieurs, vous ne serez pas écarté jusqu'à ce que vous apportiez un verdict que la cour acceptera. Vous serez enfermé, sans viande, boisson, feu et tabac. Vous ne penserez pas ainsi pour maltraiter la cour. Nous aurons un verdict par l'aide de Dieu ou vous mourrez de faim pour elle. »

Deux jours passés. Le jury n'a eu aucun nourriture, eau, chaleur, tabac, ou équipement de salle de bains. Rien. Ils n'ont pas changé d'avis.

Neuf semaines passées. Les conditions à la prison étaient davantage que déplorables. Des jurés ont été souvent imbibés en leur propre urine et enduits de leurs propres résidus. En conclusion, la Cour Suprême de l'Angleterre est devenue impliquée. Une Cour plus Suprême a par la suite libéré les jurés en réponse à un acte judiciaire pour le Habeas Corpus. C'était la première fois que la Cour Suprême des réclamations communes avait publié un tel acte judiciaire.

Le cas de Penn, et son jury, ont changé la loi. À l'avenir, des jurés ne seraient pas requis de rubberstamp l'ordre du jour des fonctionnaires de gouvernement. Pour la première fois, le gouvernement avait rencontré les jurés dont la « liberté n'était pas en vente. »

William Penn n'a jamais oublié cet outrage. Quand il est venu en Amérique et a fondé sa colonie, ses lois sont devenues un modèle de la liberté. Immigrés assemblés en Pennsylvanie. Comme un exemple de son approche au gouvernement comparé à l'approche de la couronne, Penn a réservé la peine de mort pour le meurtre et la trahison. Lorsque, la Grande-Bretagne a réservé une telle punition pour 200 offenses distinctes.

Penn était particulièrement conscient de l'iniquité des lois draconiennes de la Grande-Bretagne. En appelant la dissidence religieuse « sédition, » le gouvernement britannique avait installé un programme d'enrichissement pour lui-même. La sédition, un crime sérieux contre la couronne, a permis au gouvernement de jeter des milliers de personnes dans la prison et de saisir leur terre et propriété. L'épouse et sa famille de Penn avaient perdu leur domaine de famille par une telle malice « juridique ».

Merci à William Penn, les fondateurs de l'Amérique ont eu un modèle juridique exemplaire à suivre quand ils ont écrit la constitution des USA. Merci aux membres du jury de Penn qui ont supporté l'emprisonnement, les jurys d'aujourd'hui peuvent atteindre un verdict juste même lorsque ce n'est pas la chose populaire à faire.

Vous pourriez être la prochaine victime
Un exemple flagrant de mauvaise conduite d'action judiciaire s'est produit en 1995 quand le service postal des USA a lancé l'arrestation d'un homme de 72 ans et d'une femme de 30 ans qui avaient commandé le dehydroepiandrosterone de supplément (DHEA) de l'Europe. Les employés postaux ont décidé qu'il était illégal importer DHEA, même pour l'usage personnel. Ils se sont chargés une force de grève locale de narcotiques d'installer une opération de police pour arrêter ces deux Américains quand ils sont venus au bureau de poste pour prendre leur DHEA. L'homme plus âgé a été menotté et forcé de se reposer sur les étapes de bureau de poste, où tous ses voisins pourraient le voir. La jeune femme a été tenue tandis que sa maison était recherchée et sa bibliothèque de santé et d'exercices a été saisie.

Les deux victimes étaient des membres de la base de prolongation de la durée de vie utile et demandés nous l'aide. Nous avons maintenu une mandataire pour documenter que DHEA n'est pas une substance commandée et jamais n'avait été ainsi appelé dans le s'inscrire fédéral. Puisque DHEA n'est pas contrebande, on penserait que les frais auraient été rapidement abandonnés. Les procureurs, cependant, étaient disposés seulement « réduisent » les frais et ont toujours voulu poursuivre ces personnes innocentes. Seulement une campagne massive de lettre-écriture par des membres et des abonnés de prolongation de la durée de vie utile au bulletin d'information de Dr. Julian Whitaker a forcé le gouverneur de l'état à commander des procureurs laisser tomber les cas.

S'il n'étaient pas pour la prolongation de la durée de vie utile payant une mandataire experte et des dizaines de milliers de lettres écrites au gouverneur de l'état, ces deux personnes pourraient avoir fait face à un jury qui aurait été dit par le procureur que DHEA est une substance illégale, que les preuves irréfutables prouvent que ces personnes l'ont importée, et qu'elles devraient donc être condamnées et condamnées pour emprisonner. Le jury a pu ne jamais avoir eu l'occasion d'apprendre le « fait » que DHEA n'est pas une substance illégale ou qu'aucune « loi » n'interdit son importation. Le procureur pourrait avoir censuré cette information du jury, et le juge aurait commandé le jury considérer seulement si des éléments de preuve suffisants ont été présentés que ces deux personnes ont importé DHEA pour leur usage personnel. Si le procureur s'avérait ces personnes ont importé le DHEA, alors le juge commanderait le jury les trouver « coupables. »

Sous le système défectueux d'aujourd'hui, un procureur peut présenter une histoire unilatérale et gagner une conviction basée sur le jury n'étant pas pleinement informé au sujet des faits et n'étant pas laissé juger les mérites de la loi. Des jurés sont mis dans une position par lequel les juges les commandent pour ne pas considérer tous les faits ou loi, mais baser à la place leur décision sur l'interprétation du gouvernement des événements.

Droites de fortune enracinées dans la constitution des USA
La déclaration de l'indépendance définit l'privation des avantages du procès par le jury en tant que tyrannie absolue. Après avoir observé la tyrannie imposée aux Américains une fois déshérités du procès par le jury, les pères fondateurs ont fait attention particulière pour n'assurer à cette droite aucune moins de trois fois dans la déclaration des droits.

L'intention du système de fortune est de faire beaucoup plus que permettent aux citoyens de distribuer la punition convenable à leurs voisins. Le système de fortune fournit en particulier à des citoyens les moyens de se protéger contre des abus de pouvoir tyranniques par le gouvernement.

A ainsi fait les auteurs de la déclaration d'indépendance voient le procès par le jury « comme seule ancre pourtant imaginé par l'homme par lequel un gouvernement peut être tenu sur les principes de sa constitution, » comme Thomas Jefferson a écrit en 1789.

Joignez l'institut de fortune américain/avez pleinement informé l'association de fortune (AJI/FIJA)


Nous invitons tous les défenseurs de prolongation de la durée de vie utile pour joindre l'institut de fortune américain/avons pleinement informé l'association de fortune. Une donation d'impôt-déduire-ible de $25 achats une adhésion d'une année, qui y compris-udes un bulletin d'information trimestriel. Pour se joindre, envoyez votre chèque à :

AJI/FIJA
B.P. 5570
Helena, la TA 59604-5570

Sites Web : www.fija.org et www.americanjuryinstitute.org
Téléphone : 406-442-7800
Fax : 406-442-9332

Je considère le procès par le jury comme seule ancre pourtant imaginé par l'homme par lequel un gouvernement peut être tenu sur les principes de sa constitution.
— Thomas Jefferson, 1789

Tyrannie, aucune matière sous quelle apparence, n'a aucun endroit dans une société ouverte ou dans un pays consacré à l'État de droit. L'intention du procès par le jury est celle de l'indépendance d'un jury pour juger la loi aussi bien que les faits en tous cas. Les jurés ont le pouvoir absolu de décider si la loi étant appliquée est une loi juste, si elle est correctement appliquée dans chaque cas, et si le défendeur devrait être trouvé innocent en raison d'une mauvaise loi. Les jurés ont le droit de comprendre la phrase qui sera imposée par leur verdict. La fonction la plus élevée et meilleure du jury n'est pas, autant de pensent, pour distribuer la punition aux concitoyens accusés de violer la loi gouvernement-écrite, mais pour protéger à la place des concitoyens contre les lois tyranniques imposées par gouvernement puissance-fou.

Les jurés ont un devoir et la responsabilité de s'assurer qu'un verdict juste est rendu, et ils doivent prendre en considération les faits du cas, de toutes les circonstances, et des mérites de la loi et de son application dans chaque cas particulier. Ils doivent examiner les résultats de leur verdict s'ils doivent administrer la loi comme instrument de justice et d'ordre. La puissance et le droit des jurés d'évaluer les mérites de la loi ont été établis en Angleterre avant que notre constitution ait été écrite.

Les jurés, comme représentants des personnes et de la communauté, ne tiennent aucun ordre du jour pendant n'importe quel procès, et le plus certainement pas l'ordre du jour du gouvernement. Laissez nous ne pas oublier que les procureurs, les juges, et les dirigeants frappants, aussi bien que les investigateurs légaux dans la plupart des cas, sont tous une partie de, et payé par, le gouvernement, avec leurs zones d'influence personnelles pour construire et leurs carrières personnelles à protéger par la « productivité » des poursuites réussies ayant pour résultat des convictions. Des jurés sont pas du tout investis et donc loin moins arbitraire.

En premier lieu la fonction de nos jurés est de protéger les citoyens privés contre un gouvernement tyrannique et intrusif une fois exprimée par l'application des lois qui usurpent les droites des personnes. Les jurés se protègent contre des lois tyranniques en refusant de condamner ceux qui sont injustement persécutés par gouvernement. A ainsi fait nos pères fondateurs prévoient pour que le jury fasse, et ont compté que les jurés exerceraient en fait cette puissance sans aucun doute. Les jurés sont la dernière ligne de défense pour la liberté.

Références

1. Disponible à : www.hcvinprison.org. Accédé le 7 juin 2004.

2. La Commission nationale sur des soins de santé correctionnels. « L'état de santé des détenus Bientôt-à-être-libérés : Un rapport au congrès. » En mars 2002.

3. Disponible à : www.hrw.org. Accédé le 7 juin 2004.

4. Treadway Robert (#10590-076), demande du recours administratif, bureau des prisons documentent, publié le 20 janvier 2004.

5. Disponible à : www.aclu.org. Accédé le 7 juin 2004.

6. Fazlollah M. Inmates obtiendra le soin pour l'hépatite. Investigateur de Philadelphie. 31 octobre 2002.

7. Disponible à : www.bop.gov. Accédé le 7 juin 2004.

8. Correspondance de Ralph Boyd Jr. , Attorney General auxiliaire pour le Nouveau Mexique, à Jack Sullivan, Président de la Commission du comté.
6 mars 2003.