Vente superbe d'analyse de sang de prolongation de la durée de vie utile

Résumés

LE Magazine en avril 2005
image

Course

Risques à long terme de course, d'infarctus du myocarde, et de mort vasculaire dans les patients « à faible risque » présentant une attaque ischémique passagère non-récente.

FOND : Études précédentes de pronostic après qu'une attaque ischémique passagère (TIA) aient recruté des patients peu après l'événement, quand le risque de course est très haut. Cependant, la majorité de patients survivent depuis de nombreuses années après un TIA, et le besoin du traitement préventif continu d'abaisser le risque vasculaire devra être réévalué à une date ultérieure. OBJECTIF : Pour déterminer les risques à long terme de la course et d'autres événements vasculaires dans les patients avec TIA qui survivent à la période à haut risque initiale. MÉTHODES : 290 patients ont été étudiés qui avait été au commencement continué après un TIA dans le projet de course de la communauté d'Oxford et dans un hôpital contemporain a basé l'étude de cohorte, et qui étaient vivants et course-gratuits à la fin du suivi prévu en 1988. Tous les patients ont été suivis pendant des 10 années plus encore, et les risques des événements vasculaires importants (course, infarctus du myocarde, mort vasculaire) étaient déterminés. Les rapports de mortalité normalisés (SMR) ont été calculés à partir des nombres observés d'événements mortels et du nombre prévu sur la base de l'âge et du sexe dans la population globale. RÉSULTATS : Temps médian puisque dernier TIA était de 3,8 ans (2,2 à 5,8 des années interquartiles de gamme,). Le risque d'événements vasculaires importants était constant par le temps. Le risque de 10 ans de la première course était 18,8% (intervalle de confiance de 95% (ci), 13,6 à 23,7 ; 45 événements). Le risque de 10 ans d'infarctus du myocarde ou de mort de maladie cardiaque coronaire était 27,8% (ci de 95%, 21,8 à 33,3 ; 67 événements) et il y avait un excès significatif des événements coronaires mortels comparés à cela prévu dans la population globale (SMR = 1,47 ; Ci de 95%, 1,10 à 1,93 ; p = 0,009). Un total de 114 patients ont eu au moins un événement vasculaire principal, avec un risque de 10 ans de la n'importe quel première course, infarctus du myocarde, ou mort vasculaire de 42,8% (ci de 95%, 36,4 à 48,5). CONCLUSIONS : Le risque global d'événements vasculaires importants demeure haut pendant 10 à 15 années après un TIA. Il est important donc que des traitements préventifs soient continués à long terme, même dans les patients apparent « à faible risque » qui ont déjà survécu à exempt de la course pendant plusieurs années.

Psychiatrie de J Neurol Neurosurg. 2003 mai ; 74(5) : 577-80

Comparaison entre les mesures d'athérosclérose et le risque de course : l'étude de Rotterdam.

FOND ET BUT : Plusieurs mesures d'athérosclérose prévoient le risque de course. Cependant, une comparaison entre de diverses mesures d'athérosclérose manque, et l'information limitée existe sur la valeur ajoutée de différentes mesures d'athérosclérose aux facteurs de risque cardio-vasculaires. Nous avons comparé différentes mesures d'athérosclérose par rapport à la course. MÉTHODES : L'étude a été basée sur la cohorte éventuelle de l'étude de Rotterdam et incluse 6.913 participants qui n'ont pas souffert de la course précédente. À la ligne de base, l'épaisseur carotide et les plaques d'intima-media, l'index de cheville-bras, et les calcifications aortiques ont été évalués ; 3.996 participants (53%) ont eu des mesures de tous les marqueurs étudiés de l'athérosclérose. Après qu'un suivi moyen de 6,1 ans, 378 courses se soit produit. Des données ont été analysées avec des critères de scores de régression de proportionnel-risques de Cox et d'information d'Akaike. RÉSULTATS : L'épaisseur carotide d'intima-media et les calcifications aortiques ont été liées le plus fortement au risque de la course (risque relatif, 2,23 et 1,89 ; intervalle de confiance de 95%, 1,48 à 3,36 et 1,28 à 2,80 pour le plus haut contre plus bas tertile, respectivement). Les relations entre l'épaisseur d'intima-media, les calcifications aortiques, et les plaques et la course carotides sont demeurées après ajustement pour des facteurs de risque cardio-vasculaires. l'épaisseur d'Intima-media et les calcifications aortiques ont été liées au risque de course indépendamment de l'un l'autre. La relation entre l'index de cheville-bras et la course a disparu après ajustement pour des facteurs de risque cardio-vasculaires. CONCLUSIONS : L'épaisseur carotide d'intima-media et les calcifications aortiques sont des facteurs prédictifs plus forts de course d'incident que des index carotides de plaque ou de cheville-bras. Ils ont la valeur supplémentaire entre eux et aux facteurs de risque classiques et peuvent refléter différents processus.

Course. 2003 Oct. ; 34(10) : 2367-72. Epub 2003 4 septembre

Le septième rapport du comité national commun de la prévention, de la détection, de l'évaluation, et du traitement de l'hypertension : le rapport de JNC 7.

« Le septième rapport du comité national commun de la prévention, de la détection, de l'évaluation, et du traitement de l'hypertension » fournit une nouvelle directive pour la prévention et la gestion d'hypertension. Ce qui suit sont les messages principaux (1) pendant années plus anciennes de personnes des que 50, la tension artérielle systolique (BP) de plus de 140 millimètres hectogramme est un facteur de risque beaucoup plus important de la maladie cardio-vasculaire (CVD) que BP diastolique ; (2) le risque de CVD, commençant à 115/75 millimètre hectogramme, double avec chaque augmentation de 20/10 millimètre hectogramme ; les personnes qui sont normotendues à 55 ans ont un risque de vie de 90% pour développer l'hypertension ; (3) les personnes avec BP systolique de 120 à 139 millimètres hectogramme ou BP diastolique de 80 à 89 millimètres hectogramme devraient être considérées en tant que prehypertensive et exiger santé-favoriser des modifications de mode de vie pour empêcher la CVD ; (4) la diurétique de type Thiazide devrait seul être employée dans le traitement de drogue pour la plupart des patients présentant l'hypertension peu compliquée, ou être combinée avec des drogues d'autres classes. Certaines conditions à haut risque sont des indications irrésistibles pour l'usage initial d'autres classes de drogue d'antihypertensif (angiotensine-convertissant des inhibiteurs d'enzyme, des dresseurs d'angio-tensin-récepteur, des bêtabloquants, des dresseurs de canal de calcium) ; (5) la plupart des patients présentant l'hypertension exigeront de 2 médicaments ou plus d'antihypertensif de réaliser le but BP (<140/90 millimètre hectogramme, ou le <130/80 millimètre hectogramme pour des patients présentant le diabète ou la maladie rénale chronique) ; (6) si BP est plus de 20/10 millimètre hectogramme au-dessus de but BP, l'attention devrait être accordée à lancer la thérapie avec 2 agents, 1 dont habituellement devrait être un diurétique de type thiazide ; et (7) la thérapie la plus efficace prescrite par le clinicien le plus soigneux commandera l'hypertension seulement si les patients sont motivés. La motivation s'améliore quand les patients ont des expériences positives avec et font confiance dans le clinicien. L'empathie établit la confiance et est un motivator efficace. En conclusion, en présentant ces directives, le comité identifie que le jugement du médecin traitant demeure primordial.

JAMA. 21 mai 2003 ; 289(19) : 2560-72

Effet des agents d'antihypertensif sur des événements cardio-vasculaires dans les patients présentant la maladie coronarienne et la tension artérielle normale : l'étude de CAMELOT : un procès commandé randomisé.

CONTEXTE : L'effet des drogues d'antihypertensif sur des événements cardio-vasculaires dans les patients présentant la maladie de l'artère coronaire (DAO) et la tension artérielle normale demeure incertain. OBJECTIF : Pour comparer les effets de l'amlodipine ou de l'enalapril contre le placebo sur des événements cardio-vasculaires dans les patients au DAO. CONCEPTION, ARRANGEMENT, ET PARTICIPANTS : À double anonymat, randomisé, multicentre, d'essai de vingt-quatre mois (inscription avril 1999-avril 2002) comparant l'amlodipine ou l'enalapril aux patients de placebo en 1991 présentant le DAO angiographically documenté (sténose de >20% par l'angiographie coronaire) et tension minimale <100 millimètre hectogramme. Un substudy de 274 patients a mesuré la progression d'athérosclérose par l'ultrason intravasculaire (IVUS). INTERVENTIONS : Des patients ont été randomisés pour recevoir l'amlodipine, mg 10 ; enalapril, mg 20 ; ou placebo. IVUS a été exécuté à la ligne de base et à l'achèvement d'étude. MESURES PRINCIPALES DE RÉSULTATS : Le paramètre primaire d'efficacité était incidence des événements cardio-vasculaires pour l'amlodipine contre le placebo. D'autres résultats ont inclus des comparaisons d'amlodipine contre l'enalapril et d'enalapril contre le placebo. Les événements ont inclus la mort cardio-vasculaire, infarctus du myocarde non mortel, arrêt cardiaque ressuscité, revascularisation coronaire, hospitalisation pour l'angine de poitrine, hospitalisation pour l'insuffisance cardiaque congestive, course mortelle ou non mortelle ou accident ischémique transitoire, et nouveau diagnostic de la maladie vasculaire périphérique. Le point final d'IVUS était volume d'atheroma de changement en pourcentage. RÉSULTATS : La tension artérielle de ligne de base a fait la moyenne de 129/78 millimètre hectogramme pour tous les patients ; il a augmenté de 0.7/0.6 millimètre hectogramme dans le groupe de placebo et a diminué de 4.8/2.5 millimètres hectogramme et 4.9/2.4 millimètres hectogramme dans les groupes d'amlodipine et d'enalapril, respectivement (P<.001 pour chacun des deux contre le placebo). Les événements cardio-vasculaires se sont produits dans 151 (23,1%) patients placebo-traités, dans 110 (16,6%) patients amlodipine-traités (rapport de risque [heure], 0,69 ; Ci de 95%, 0.54-0.88 [P = .003]), et dans 136 (20,2%) enalapril-a traité les patients (heure, 0,85 ; CI DE 95%, 0.67-1.07 [P = .16]. La comparaison primaire de point final pour l'enalapril contre l'amlodipine n'était pas significative (heure, 0,81 ; CI DE 95%, 0.63-1.04 [P = .10]). L'IVUS substudy a montré de manière significative une tendance vers moins de progression de l'athérosclérose dans le groupe d'amlodipine contre le placebo (P = .12), avec moins de progression dans le sous-groupe avec des tensions artérielles systoliques plus grandes que le moyen (P = .02). Comparé à la ligne de base, IVUS a montré la progression dans le groupe de placebo (P<.001), une tendance vers la progression dans le groupe d'enalapril (P = .08), et aucune progression dans le groupe d'amlodipine (P = .31). Pour le groupe d'amlodipine, la corrélation entre la réduction de tension artérielle et la progression étaient r = 0,19, P = .07. CONCLUSIONS : L'administration de l'amlodipine aux patients présentant le DAO et la tension artérielle normale a eu comme conséquence des événements cardio-vasculaires défavorables réduits. Directionnellement semblables, mais plus petits et non significatifs, on a observé des effets de traitement avec l'enalapril. Pour l'amlodipine, IVUS a mis en évidence le ralentissement de la progression d'athérosclérose.

JAMA. 10 novembre 2004 ; 292(18) : 2217-25

L'indice de masse corporelle dans le milieu de la vie est associé à une première course chez les hommes : une étude de population éventuelle sur 28 ans.

FOND ET BUT : Des données sur l'association entre l'obésité et la course sont encore limitées. Nous avons examiné l'association possible entre l'indice de masse corporelle de milieu de la vie (BMI) et le risque de course dans l'étude primaire à facteurs multiples éventuelle de prévention à Goteborg, Suède. MÉTHODES : 7.402 hommes apparent en bonne santé âgés 47 à 55 à la ligne de base ont été continués sur une période de 28 ans. L'incidence de la course mortelle et non mortelle a été enregistrée dans un enregistrement local de course par le s'inscrire national suédois sur la cause du décès et l'enregistrement suédois de décharge d'hôpital. RÉSULTATS : Un total de 873 premières courses ont été enregistrées, y compris 495 ischémiques, 144 hémorragiques, et 234 courses non spécifiées. Comparé aux hommes avec bas 22,49 kg/m2 du poids (BMI, 20,0 à) normaux, les hommes avec BMI >30.0 kg/m2 ont eu un rapport de risque ajusté par multiple de 1,93 (ci de 95%, 1,44 à 2,58) pour la course totale, de 1,78 (ci de 95%, 1,22 à 2,60) pour la course ischémique, et de 3,91 (ci de 95%, 2,10 à 7,27) pour la course non spécifiée. Il n'y avait aucune association significative entre le BMI et la course hémorragique. L'ajustement pour les médiateurs potentiels, par exemple, hypertension, taux de cholestérol de diabète et de sérum, a atténué mais n'a pas éliminé le risque. CONCLUSIONS : Dans cette étude basée sur la population éventuelle des hommes, le BMI accru dans le milieu de la vie a été associé à un risque accru pour la course totale, ischémique, et non spécifiée, mais pas à la course hémorragique. Le résultat soutient le rôle du milieu de la vie BMI comme facteur de risque pour la course plus tard dans la vie et suggère un effet différencié sur des sous-types de course.

Course. 2004 décembre ; 35(12) : 2764-9

Apolipoprotein B/apolipoprotein AI par rapport au syndrome et au changement métaboliques de l'épaisseur d'intima-media d'artère carotide pendant 3 ans chez les hommes d'une cinquantaine d'années.

FOND ET BUT : Le rapport de l'apolipoprotein B (apoB) /apolipoprotein AI (apoA-I) est une mesure des relations entre différentes particules de lipoprotéine et un facteur prédictif puissant de la mort coronaire. Le but était d'examiner si apoB/apoA-I a été associé au syndrome métabolique (Mets) à la ligne de base et également au futur changement de l'épaisseur d'intima-media d'artère carotide (IMT). MÉTHODES : Chez 313 hommes de 58 ans, l'artère carotide IMT a été mesurée bilatéralement par ultrason à haute résolution de B-mode à la ligne de base et après 3 ans de suivi. Des concentrations en apolipoprotein de sérum et les composants de Mets ont été mesurés à l'entrée d'étude. RÉSULTATS : ApoB/apoA-I a montré statistiquement des associations significatives avec l'indice de masse corporelle, le rapport de taille-à-hanche, le cholestérol de la lipoprotéine de haute densité (HDL), les triglycérides, la dimension particulaire de la lipoprotéine à basse densité (LDL), l'insuline, et la tension minimale. Deux-tiers des patients avec Mets ont fait comparer les rapports élevés d'apoB/apoA-I (>0.90) à un tiers de ceux sans syndrome (P<0.001). Le changement d'IMT a été associé à l'apoB, cholestérol total, cholestérol de LDL, triglycérides, et inversement à la dimension particulaire de cholestérol de HDL et de LDL à l'entrée, et il y avait un colinearity fort entre ces variables. Les sujets avec apoB/apoA-I au-dessus du premier tertile (0,74) ont eu un microm-plus haut (ci de 95%, 7 à 33) accroissement annuel 20 dans IMT comparé à ceux au-dessous de ce niveau après ajustement pour la tension artérielle et le tabagisme. CONCLUSIONS : Le rapport d'apoB/apoA-I a été fortement associé à Mets et à ses composants à la ligne de base. ApoB/apoA-I à la ligne de base a été lié au changement de l'artère carotide IMT pendant 3 ans de suivi. Il y avait un colinearity fort entre apoB/apoA et les lipides atherogenic.

Course. 2004 Oct. ; 35(10) : 2248-5

Suite à la page 2 de 3