Liquidation de ressort de prolongation de la durée de vie utile

Résumés

LE Magazine en janvier 2005
image

Mêmes

Effets indésirables des médicaments graves des antidépresseur : résultats du programme multicentre allemand AMSP de surveillance des médicaments.

Le but du programme de sécurité allemand de drogue en psychiatrie AMSP (Arzneimittelsicherheit dans der Psychiatrie) est l'évaluation des effets indésirables des médicaments graves ou nouveaux (ADRs). Ici nous rendons compte de 53.042 de 122.562 patients soignés avec des antidépresseur qui ont été surveillés à partir de 1993 à 2000 dans 35 hôpitaux psychiatriques dans les pays de langue allemande. L'incidence globale d'ADRs grave des antidépresseur était 1,4% des patients exposés ; quand seulement ADRs évalué en tant que probable ou défini ont été considérés, on a observé un taux de 0,9% dans les patients soignés avec des antidépresseur. Les taux d'ADR étaient plus hauts pour TCAs (imputé dans 1,0% de la combinaison de patients, respectivement dans 0.6 % de patients quand seulement des annonces ont été imputées) et inférieurs pour les inhibiteurs de MAO et le SSRIs (0,7% pour chacun des deux, respectivement 0,3% et 0,4%). Dans le groupe d'ACIDE TRICHLORACÉTIQUE il y avait une différence parmi le clomipramine (2,1%, respectivement 1,0%), l'amitriptyline (1,0%, respectivement 0,6%), et le doxepin ou le trimipramine (les deux 0,6%, respectivement 0,3%). En ce qui concerne SSRI simple, on a observé des taux semblables pour le paroxetine (0,8%, respectivement 0,5%) et pour le citalopram (0,7%, respectivement 0,4%). Des nouveaux antidépresseur de double-action, le venlafaxine s'est étendu à 0,9%, (respectivement 0,5%) et à mirtazapine à 0.6 % (respectivement 0,5%). En particulier, TCAs ont été associés aux risques connus, tels que le délire toxique, les saisies de grand mal, et (c.-à-d., principalement les réactions hépatiques (c.-à-d., les enzymes accrues de foie), urologiques (c.-à-d., conservation urinaire), allergiques (c.-à-d., exanthème), ou cardio-vasculaires d'effondrement orthostatique). Dans les patients SSRI-traités (non-délirants) psychiques et l'ADRs neurologique il y avait le plus important, suivi des réactions gastro-intestinales, dermatologiques, et endocrinologiques/électrolyte, avec l'agitation, le hyponatremia (probablement en tant qu'élément du syndrome de SIADH et lié aux symptômes neurologiques ou psychiatriques graves dans 64% de tous les cas), les enzymes accrues de foie, la nausée, et le syndrome de sérotonine en tant que symptômes non désirés principaux. Venlafaxine (dans la formulation d'immédiat-libération) a été associé au CNS défavorable et aux symptômes somatiques tels que l'agitation grave, diarrhée, a augmenté des enzymes de foie, l'hypertension, et le hyponatremia. Mirtazapine a été en grande partie relié à des enzymes accrues de foie, oedème cutané, et l'effondrement, mais sans le cas du hyponatremia significatif. Pour les drogues qui empêchent efficace la prise de sérotonine, la concentration en sodium de sérum devrait être commandée une fois appliquée dans la thérapie de haut-dose ou dans les patients vulnérables.

Pharmacopsychiatry. 2004 mars ; 37 suppléments 1 : S39-45

Folate de sérum, vitamine B12, et homocystéine dans le trouble dépressif principal, partie : facteurs prédictifs de rechute pendant la phase de suite de la pharmacothérapie.

OBJECTIF : Dans la présente étude, nous avons évalué les relations entre le folate de sérum, la vitamine B12, et les niveaux d'homocystéine sur le taux de rechute dans les patients avec le trouble dépressif principal remis (MDD) pendant une phase de suite de 28 semaines de traitement avec le fluoxetine. MÉTHODE : Soixante et onze patients (moyen +/- âge d'écart-type = 40,2 +/- 11,1 ans ; 56,3% femmes) avec MDD (comme évalué avec l'entretien clinique structuré pour DSM-III-R) qui avait remis et qui ont été inscrits pendant la phase de suite du traitement avec le fluoxetine ont fait accomplir le folate de sérum, la vitamine B12, et les mesures d'homocystéine à la ligne de base (avant le traitement d'aigu-phase). Des patients ont été suivis pendant 28 semaines de traitement continu avec le fluoxetine 40 mg/jour à surveiller pour la rechute dépressive. Des niveaux foliques ont été classifiés en tant qu'ou bas (< ou = 2,5 ng/mL) ou normale. Des niveaux de la vitamine B12 ont été classifiés en tant qu'ou bas (< ou = 200 pg/mL) ou normale. Des niveaux d'homocystéine ont été classifiés en tant qu'ou élevé (> ou = 13,2 micromol/L) ou normale. Avec l'utilisation des régressions logistiques distinctes, nous avons alors évalué les relations entre le folate, la vitamine B12, et le statut et la rechute de niveau d'homocystéine. L'étude a été entreprise de novembre 1992 à janvier 1999. RÉSULTATS : La présence des niveaux foliques de bas sérum (p =.004), mais B12 non bas (p >.05) ou homocystéine élevée nivelle (p >.05), a été associée à la rechute pendant le traitement de suite avec le fluoxetine. Les taux de rechute pour des patients avec (N = 7) et sans (N = 64) niveaux foliques bas étaient 42,9% contre 3,2%, respectivement. CONCLUSION : Des niveaux foliques de bas sérum se sont avérés pour placer des patients avec MDD remis en danger pour la rechute dépressive pendant la phase de suite du traitement avec le fluoxetine.

Psychiatrie de J Clin. 2004 août ; 65(8) : 1096-8

Avances dans l'affection hépatique alcoolique.

Cytokines sont des médiateurs de communication cellulaire produits par les types multiples de cellules de foie. Cytokines peut directement induire la nécrose ou l'apoptosis. Ils peuvent également recruter des cellules telles que les neutrophiles et les lymphocytes, qui peuvent négocier des lésions au foie. Des plus grands niveaux des cytokines hepatotoxic tels que le facteur-alpha de nécrose de tumeur sont documentés dans l'affection hépatique alcoolique (ALD) et le steatohepatitis sans alcool (NASH) et ont été montrés pour jouer un rôle mécaniste dans chacun des deux processus de la maladie. La croissance de transformation facteur-bêta est un cytokine profibrotic qui est critique dans la fibrose hépatique. Les cytokines salutaires, tels que l'interleukin (IL) - 10 et -6, existent également. Des cytokines salutaires tels que l'adiponectin sont faits en dehors du foie et semblent se protéger contre ALD et NASH. Cet article passe en revue la pertinence des cytokines sous les formes humaines et expérimentales de dommage du foie, se concentrant sur la modulation des cytokines et de l'utilisation des cytokines salutaires dans le traitement et la prévention du dommage du foie dans ALD, NASH, et hépatite C.

Représentant de Curr Gastroenterol. 2004 fév. ; 6(1) : 71-6

Inhibition d'activité lipopolysaccharide-stimulée d'instigateur de TNF-alpha par S-adenosylmethionine et 5' - methylthioadenosine.

S-adenosylmethionine (même) est le donateur et le précurseur méthyliques biologiques principaux pour des polyamines. Même est connu pour être hepatoprotective dans beaucoup de modèles d'affection hépatique dans lesquels le TNF-alpha est impliqué. La présente étude étudiée si et comment mêmes inhibés LPS-ont stimulé l'expression de TNF-alpha en cellules de Kupffer (macrophages hépatiques). Même expression downregulated de TNF-alpha en cellules LPS-stimulées de Kupffer au niveau transcriptional comme suggéré par une expérience de transfection avec un gène d'instigateur-journaliste de TNF-alpha. Cette inhibition n'a pas été négociée par N-F-kappaB diminué liant à quatre éléments obligatoires de kappaB putatif placés chez l'instigateur. L'activité inhibée d'instigateur ni n'a été empêchée par overexpression de p65 et/ou de son coactivator p300 ni a été augmentée par overexpression de l'arginine coactivator-associée methyltransferase-1, une enzyme qui méthyle p300 et empêche une interaction p65-p300. Mêmes n'ont pas mené aux sites communs de cible de CpG de méthylation d'ADN tout au plus dans l'instigateur de TNF-alpha. D'ailleurs, 5' - le methylthioadenosine (MTA), qui est dérivé de mêmes mais ne sert pas de donateur méthylique, a récapitulé même effet avec plus de pouvoir. Ces données démontrent que même empêche l'expression de TNF-alpha au niveau en aval de l'attache N-F-kappaB et au niveau de l'activité d'instigateur par l'intermédiaire des mécanismes qui ne semblent pas impliquer la disponibilité limitée de p65 ou de p300. En outre, notre étude est la première pour démontrer un effet inhibiteur efficace sur l'activité de l'instigateur N-F-kappaB et l'expression de TNF-alpha par un même le métabolite, MTA.

Foie Physiol d'AM J Physiol Gastrointest. 2004 août ; 287(2) : G352-62.

5' - le methylthioadenosine module la réponse inflammatoire à l'endotoxine chez les souris et dans des hepatocytes de rat.

5' - le methylthioadenosine (MTA) est un nucléoside produit de S-adenosylmethionine (AdoMet) pendant la synthèse de polyamine. Les preuves récentes indiquent qu'AdoMet module in vivo la production des médiateurs inflammatoires. Nous avons évalué les propriétés anti-inflammatoires du MTA chez les souris contestées bactériennes de lipopolysaccharide (LPS), cellules CRUES de macrophage murin les 264,7, et les hepatocytes d'isolement de rat traités avec des cytokines pro-inflammatoires. L'administration de MTA a complètement empêché la létalité LPS causée par. L'effet vie-économiquement du MTA a été accompagné de la suppression du facteur-alpha de circulation de nécrose de tumeur (TNF-alpha), induisible AUCUNE expression de synthase (iNOS), et de la stimulation de la synthèse IL-10. On a également observé ces réponses au MTA en 264,7 cellules CRUES LPS-traitées. Le MTA a empêché l'activation transcriptional de l'iNOS par des cytokines pro-inflammatoires dans les hepatocytes d'isolement, et l'induction du cyclooxygenase 2 (COX2) en 264,7 cellules CRUES. Le MTA a empêché l'activation de la protéine kinase mitogène-activée par p38 (MAPK), de la phosphorylation de c-juin, dégradation du kappa B d'inhibiteur de l'alpha (IkappaBalpha), et de l'activation nucléaire de kappaB de facteur (NFkappaB), qui signalent des voies liées à la génération des médiateurs inflammatoires. Ces effets étaient indépendant de la conversion métabolique du MTA dans AdoMet et l'interaction potentielle du MTA avec la voie de signalisation de camp, centrale en actions anti-inflammatoires de son adénosine analogue structurelle. En conclusion, ces observations démontrent les propriétés immunomodulatrices nouvelles pour le MTA qui peut être de valeur dans la gestion des maladies inflammatoires.

Hepatology. 2004 avr. ; 39(4) : 1088-98

Effets secondaires gastro-intestinaux des drogues anti-inflammatoires non-stéroïdales traditionnelles et des nouvelles formulations.

Bien que les effets inverses des drogues anti-inflammatoires non-stéroïdales (NSAIDs) se produisent dans seulement une petite proportion d'utilisateurs, l'utilisation répandue de ces drogues a eu comme conséquence un nombre global substantiel de personnes affectées qui éprouvent des complications gastro-intestinales sérieuses. On estime que des symptômes dyspeptiques se produisent dans 10-60% d'utilisateurs de NSAID et mènent à la discontinuation du traitement dans 5-15% de patients de rhumatisme articulaire prenant NSAIDs. Il est maintenant bien établi que la prédominance de point de la maladie d'ulcère peptique dans les patients recevant les gammes conventionnelles de thérapie de NSAID entre 10 et 30%, représentant une augmentation 10-30-fold au-dessus de cela trouvé de la population globale. Un de 175 utilisateurs de NSAIDs conventionnel aux Etats-Unis sera hospitalisé tous les ans pour des dommages gastro-intestinaux causés par NSAID. La mortalité des patients hospitalisés demeure environ 5-10%, avec un taux de mortalité annuel prévu de 0,08%. Les inhibiteurs sélectifs de COX-II (rofecoxib, celecoxib, parecoxib, etoricoxib, valdecoxib, lumiracoxib) montrent l'efficacité uniformément comparable à celle des drogues anti-inflammatoires non-stéroïdales conventionnelles (NSAIDs) dans les patients présentant le rhumatisme articulaire et l'ostéoarthrite, mais ont une propension sensiblement réduite de causer la toxicité gastro-intestinale. Dans de nombreux cas, les effets gastriques des doses thérapeutiquement actives d'inhibiteurs de COX-II sont imperceptibles du placebo. Les avantages de sécurité des inhibiteurs COX-2 seul donnés ressemblent à la thérapie combinée avec NSAIDs conventionnel et agents gastroprotective. Ces résultats justifient la considération des inhibiteurs de COX-II comme thérapie principale dans les patients ayant besoin du contrôle à long terme de douleur.

Aliment Pharmacol Ther. 2004 juillet ; 20 2h48 de supplément - 58

Les effets à long terme des drogues anti-inflammatoires non-stéroïdales dans l'ostéoarthrite du genou : un procès contrôlé par le placebo randomisé.

FOND : les drogues anti-inflammatoires Non-stéroïdales (NSAIDs) sont très utilisées pour traiter l'ostéoarthrite (bureautique), bien que leur efficacité à long terme soit incertaine. Nous rapportons une comparaison des réponses symptomatiques à la thérapie avec de l'acide, l'indométhacine et le placebo tiaprofenic plus de 5 années. MÉTHODES : Un parallèle-groupe, procès randomisé et à simple anonymat des patients présentant la bureautique de genou a recruté 812 patients de 20 centres ; 307 patients ont reçu l'acide tiaprofenic (300 mg b.d.), le placebo 202 l'indométhacine (25 mg t.d.s.) et 303 assorti pour jusqu'à 5 années. À la fin de l'étude de parallèle-groupe, les patients recevant l'acide ou le placebo tiaprofenic ont écrit une étude sans visibilité de quatre semaines de croisement d'acide ou de placebo tiaprofenic, chacun des deux donnés pendant 2 semaines. Les évaluations étaient à la ligne de base, 4 semaines, puis à intervalles de six mois pour jusqu'à 5 années dans l'étude parallèle de groupe et à intervalles de deux semaines dans l'étude de croisement. Ils ont comporté des scores de douleur, la durée de la rigidité de matin, des évaluations globales des patients, la consommation de paracétamol, des réactions défavorables, des retraits et des résultats fonctionnels. RÉSULTATS : Il y avait des chutes significatives dans les scores globaux de douleur dans les patients recevant NSAIDs comparé au placebo à 4 semaines pendant la phase de parallèle-groupe. Ensuite il n'y avait aucun avantage favorisant la thérapie active. Pendant la phase de croisement, les scores de douleur étaient sensiblement inférieurs dans les patients recevant l'acide tiaprofenic au placebo. Les patients qui avaient reçu l'acide tiaprofenic à long terme ont montré des hausses significatives dans leurs scores de douleur en recevant la thérapie de placebo et vice versa. Des événements défavorables ont été rapportés de 61% de patients recevant l'acide tiaprofenic, de 63% sur l'indométhacine et de 51% sur le placebo. Les effets secondaires potentiellement graves étaient rares ; par exemple, il y avait seulement trois cas de saignement gastro-intestinal sur NSAIDs. Le modèle du retrait était semblable dans les patients prenant NSAIDs et placebo dans l'étude de parallèle-groupe ; à 48 semaines 53% des patients sont restés sur l'acide tiaprofenic, 50% sur l'indométhacine et 54% sur le placebo. CONCLUSIONS : NSAIDs réduisent de manière significative la douleur globale plus de 4 semaines. Cette réactivité à court terme est maintenue, et même après plusieurs années de thérapie avec les scores acides tiaprofenic de douleur accrus plus de 2 semaines où elle a été changée en placebo. Nos résultats ne montrent pas que des avantages de long terme de l'utilisation de NSAIDs dans la bureautique et de la majorité de patients a eu la douleur et l'incapacité de persistance en dépit de la thérapie.

Rheumatologie (Oxford). 2000 Oct. ; 39(10) : 1095-10