Vente superbe d'analyse de sang de prolongation de la durée de vie utile

Résumés

LE Magazine en avril 2007
image

Thé vert

Thé vert et thermogenesis : interactions entre les catéchine-polyphénols, la caféine et l'activité bienveillante.

L'effet thermogène du thé est généralement attribué à son contenu de caféine. Nous rapportons ici qu'un extrait de thé vert stimule le thermogenesis brun de tissu adipeux jusqu'à un degré qui est beaucoup plus grand que peut être attribué à son contenu de caféine en soi, et que ses propriétés thermogènes pourraient résider principalement dans une interaction entre son contenu élevé en catéchine-polyphénols et caféine avec de la noradrénaline sympathique libérée (Na). Puisque des catéchine-polyphénols sont connus pour être capables d'empêcher la catéchol-O-MÉTHYLIQUE-transférase (l'enzyme qui dégrade le Na), et de la caféine pour empêcher les phosphodiestérases trancellular (enzymes qui décomposent le camp causé par le Na), on lui propose que l'extrait de thé vert, par l'intermédiaire de ses catéchine-polyphénols et caféine, soit efficace dans le thermogenesis stimulant en soulageant l'inhibition à différents points de contrôle le long de l'axe de Na-camp. Une interaction si synergique entre les catéchine-polyphénols et la caféine pour augmenter et prolonger la stimulation bienveillante du thermogenesis a pu être de valeur en aidant la gestion de l'obésité.

International J Obes Relat Metab Disord. 2000 fév. ; 24(2) : 252-8

Perte de poids causée par thermogenesis d'extrait de thé vert par inhibition de gallate d'epigallocatechin du catéchol-O-METHYLTRANSFERASe.

Les études épidémiologiques ont prouvé que la prise des catéchines de thé est associée à un plus à faible risque de la maladie cardio-vasculaire. L'activité antioxydante des catéchines thé-dérivées a été intensivement étudiée. Les rapports ont prouvé que la prise d'extrait de thé vert est associée à la perte de poids accrue due au thermogenesis causé par le régime, qui est généralement attribué au gallate d'epigallocatechin de catéchine. Ce des catéchine-polyphénols sont connus pour être capables d'empêcher le catéchol-O-METHYLTRANSFERASe (l'enzyme qui dégrade la nopépinéphrine) est une explication possible pour pourquoi l'extrait de thé vert est efficace dans le thermogenesis stimulant par le gallate d'epigallocatechin pour augmenter et prolonger la stimulation bienveillante du thermogenesis. La connaissance au sujet de la perte de poids causée par thermogenesis produite par le gallate de l'epigallocatechin de thé vert et sa capacité d'empêcher le catéchol-O-METHYLTRANSFERASe est importante pour des prestations-maladie et pour prolonger l'action de la nopépinéphrine dans la fissure synaptique.

J Med Food. Hiver 2006 ; 9(4) : 451-8

Effets sur la tension artérielle du thé vert et noir potable.

FOND : Les composants flavonoïdes du thé ont été associés dans les études épidémiologiques à un risque diminué de maladie cardio-vasculaire. Des flavonoïdes ont été montrées pour avoir des effets antioxydants et vaso-dilatateurs in vitro ; nous avons donc postulé que cela boire du thé vert ou noir atténue la réponse augmentant la pression sanguine aiguë bien-caractérisée à la caféine et abaisse la tension artérielle pendant la consommation régulière. OBJECTIF : Pour déterminer si le vert et le thé noir peuvent atténuer l'effet augmentant la pression sanguine passager de la caféine, ou hypotension pendant la consommation régulière. MÉTHODES : Dans la première étude, les effets aigus de quatre boissons chaudes - thé vert et thé noir (à une dose équivalente à quatre tasses standard), eau assortie aux thés pour le contenu de caféine (« caféine ") et eau - ont été évalués chez 20 hommes normotendus employant une étude de projet de Latin-place. La tension artérielle de clinique a été mesurée déja et 30 et la minute 60 après que chaque boisson avaient été ingérés. Dans la deuxième étude, les effets sur la tension artérielle de l'ingestion régulière de thé vert et noir ont été examinés dans 13 sujets avec la tension artérielle systolique haut-normale et l'hypertension systolique douce (tension artérielle systolique dans la gamme 130-150 mmHg) utilisant une étude de croisement de trois-période. Cinq tasses par jour de thé vert, de thé noir et de caféine (en eau chaude et assorti aux thés) ont été consommées pendant 7 jours chacun, dans l'ordre aléatoire. Vingt-quatre tensions artérielles ambulatoires d'heure ont été mesurées à la fin de chaque intervention de sept jours. Des résultats sont présentés en tant que les moyens et intervalles de confiance de 95% (ci). RÉSULTATS : On a observé une réponse augmentant la pression sanguine aiguë à la caféine. Relativement à la caféine, il y avait encore des augmentations aiguës de systolique et tension minimale à la minute 30 parmi ceux le thé vert potable [5,5 mmHg (95%CI -1,4 12,4) et 3,1 mmHg (95%CI -0,1 6,3), respectivement] et le thé noir [10,7 mmHg (95%CI 4,0 17,4) et 5,1 mmHg (95%CI 1,8 8,4), respectivement]. Les changements de la tension artérielle à la minute 60 n'étaient pas cruciaux l'effet sur 24 systoliques ambulatoires de h et la tension minimale du boire régulier du thé vert [augmentations de 1,7 mmHg) (de 95%CI -1,6 à 5,0 et de 0,9 mmHg (95%CI -1,3 3,1), respectivement] ou du thé noir [augmentation de 0,7 mmHg (95%CI -2,6 4,0) et de diminution de 0,7 mmHg (95%CI -2,9 1,5), respectivement] n'était pas à caféine relative significative. CONCLUSIONS : Le contraire à notre hypothèse initiale, ingestion de thé a causé de plus grandes augmentations aiguës de tension artérielle que seule la caféine. Cependant, aucun effet aigu de thé sur la tension artérielle n'a traduit en changements significatifs de tension artérielle ambulatoire pendant la consommation régulière de thé.

J Hypertens. 1999 avr. ; 17(4) : 457-63

L'extrait de thé vert améliore la résistance courante chez les souris par utilisation stimulante de lipide pendant l'exercice.

Une série de polyphénols connus sous le nom de catéchines est abondante dans le thé vert, qui est consommé principalement dans les pays asiatiques. Les effets de l'extrait riche en catéchine de thé vert (GTE) sur le métabolisme énergétique courant de résistance et pendant l'exercice chez des souris de BALB/c ont été étudiés. Des souris ont été divisées en quatre groupes : groupes de contrôle de nonexercise, de contrôle d'exercice (Ex-à suivre), de GTE d'exercise+0.2%, et de GTE d'exercise+0.5%. Le temps de fonctionnement de tapis roulant à l'épuisement, les paramètres de plasma, le contenu de glycogène de muscle squelettique, l'activité de bêta-oxydation, et le contenu malonyl-CoA biochimiques juste après l'exercice ont été mesurés à 8-10 sem. après l'initiation de l'expérience. La consommation de l'oxygène et le taux de pertes respiratoire ont été mesurés utilisant la calorimetrie indirecte. Les temps de fonctionnement à l'épuisement chez les souris ont alimenté 0,5% GTE étaient 30% plus hauts que chez les souris Ex-à suivre et ont été accompagnés d'un taux de pertes respiratoire inférieur, d'une activité plus élevée de bêta-oxydation de muscle, et d'un contenu malonyl-CoA inférieur. En outre, le contenu de glycogène de muscle était élevé dans le groupe de GTE comparé au groupe Ex-à suivre. Les concentrations en lactate de plasma chez les souris alimentées le GTE étaient sensiblement inférieures après exercice, pour une augmentation des concentrations en acide gras libre. Les catéchines, qui sont les constituants principaux du GTE, n'ont pas montré des effets significatifs sur le récepteur-alpha proliferator-activé peroxisome ou les activités delta-dépendantes de luciferase. Ces résultats suggèrent que les effets de résistance-amélioration du GTE aient été négociés, au moins en partie, par la plus grandes capacité et utilisation métaboliques de l'acide gras comme source d'énergie dans le muscle squelettique pendant l'exercice.

Élém. Physiol d'AM J Physiol Regul Integr. 2006 juin ; 290(6) : R1550-6

relations de Structure-activité des composés de thé contre les cellules cancéreuses humaines.

Le contenu du theanine biologiquement actif d'acide aminé en 15 noirs commerciaux, verts, spécialité, et feuilles de thé de fines herbes a été déterminé comme dérivé du dinitrophenyltheanine 2,4 (DNP-theanine) par une méthode validée de CLHP. Pour définir des pouvoirs anticarcinogenic relatifs des composés et des thés de thé, neuf catéchines de thé vert, trois théaflavines de thé noir, et theanine aussi bien qu'aqueux et des extraits d'éthanol/eau de 80% des mêmes feuilles de thé ont été évalués pour que leur capacité induise la mort cellulaire en cancer humain et cellules normales utilisant une analyse du microculture de tetrazolium (MTT). Comparé aux contrôles non traités, la plupart des catéchines, théaflavines, theanine, et tous les extraits de thé ont réduit les nombres de variétés de cellule humaines suivantes de cancer : sein (MCF-7), deux points (HT-29), tumeur hépatique (foie) (HepG2), et prostate (PC-3) aussi bien que cellules de foie humaines normales (Chang). La croissance des cellules humaines normales du poumon (HEL299) n'a pas été empêchée. On a également observé visuellement la destruction des cellules cancéreuses par microscopie inverse de phase. L'analyse statistique des données a prouvé que (a) les effets anticarcinogenic des composés de thé et des extraits de feuille de thé variés considérablement et était dépendant de la concentration au-dessus du s'étend de 50 à 400 mug/mL de composé de thé et de 50 à 400 mug/g des solides de thé ; (b) les différentes cellules cancéreuses ont varié dans leurs susceptibilités à la destruction ; (c) les extraits d'éthanol/eau de 80% avec des niveaux plus élevés des flavonoïdes déterminés par CLHP étaient dans la plupart des cas plus en activité que les extraits correspondants de l'eau ; et (d) les niveaux flavonoïdes des thés ne se sont pas directement corrélés avec des activités anticarcinogenic. Les résultats prolongent des observations relatives sur le potentiel anticarcinogenic des ingrédients de thé et suggèrent que les consommateurs puissent bénéficier plus de boire des thés verts et noirs. Mots-clés : CLHP ; theanine ; catéchines ; théaflavines ; thés ; cellules cancéreuses ; inhibition de croissance ; relations de structure-activité ; importance diététique.

Nourriture chim. de J Agric. 24 janvier 2007 ; 55(2) : 243-253

Réseau de signalisation intracellulaire comme cible chemopreventive principale de (-) - gallate d'epigallocatechin.

Chemoprevention est une tentative d'employer les substances naturelles ou synthétiques ou leurs mélanges à intervenir dans le progrès de la carcinogenèse. Récemment, on lui a montré que quelques phytochemicals comestibles changent l'expression du gène, directement ou indirectement, réglant de ce fait les processus cancérogènes. (-) - le gallate d'Epigallocatechin (EGCG), un antioxydant principal dérivé du thé vert, est l'un des phytochemicals chemopreventive le plus intensivement étudiés. EGCG a été connu pour bloquer chaque étape de la carcinogenèse en modulant des voies de transduction de signal impliquées dans la prolifération cellulaire, la transformation, l'inflammation, l'apoptosis, la métastase et l'invasion. Cet examen adresse le chemoprevention basé sur cible moléculaire avec EGCG en se concentrant sur les événements communs atténués par des facteurs de transcription, tels que le N-F-kappa B, l'activateur protein-1 et le facteur érythroïde du facteur nucléaire 2 p45-related, et les kinases ascendantes impliquées dans le réseau de signalisation cellulaire.

Mol Nutr Food Res. 2006 fév. ; 50(2) : 152-9

Polyphénols de thé vert dans la prévention du cancer du côlon.

Plusieurs éléments nutritifs et non-éléments nutritifs basés sur usine qui peuvent empêcher la mutagénèse et la prolifération ont été identifiés. Certains des éléments nutritifs les plus prometteurs identifiés en tant qu'agents chemopreventive dans la prévention de cancer du côlon incluent les isoflavones, la curcumine, le calcium, la vitamine D et plus de polyphénols de thé récemment vert (GTP). En plus de la mutagénèse et de la prolifération inhibantes, ces composés sont relativement non-toxiques, sont de coût bas et peuvent être pris oralement ou comme partie du régime quotidien. Les études épidémiologiques et de laboratoire ont identifié le gallate d'epigallocatechin (EGCG) en polyphénols de thé vert (GTP), comme agent chemopreventive le plus efficace qui peut induire l'apoptosis, suppriment la formation et la croissance des cancers humains comprenant les cancers côlorectaux (centre de détection et de contrôle). Il est seulement logique alors, ce de futures études cliniques devrait se concentrer sur examiner l'efficacité des phytochemicals tels qu'EGCG dans le chemoprevention de cancer comme alternative aux agents pharmacologiques, particulièrement dans les populations où l'administration des inhibiteurs COX-2, de l'Aspirin et du NSAIDS est contre-indiquée. Le but de cet examen est de fournir le raisonnement, et discute l'utilisation d'EGCG dans GTP comme agent chemopreventive pour la prévention de la carcinogenèse de deux points et les preuves actuelles pour l'efficacité et la sécurité de ces agents basés sur des études épidémiologiques, animales, in vitro et des tests cliniques de la phase I.

Front Biosci. 1er janvier 2007 ; 12:2309-15

Mécanismes des effets hypolipidémiques et d'anti-obésité de thé et de polyphénols de thé.

Parmi les effets de santé-promotion du thé et des polyphénols de thé, les effets de cancer-chemopreventive dans divers systèmes modèles animaux ont été intensivement étudiés ; en attendant, les effets hypolipidémiques et d'antiobesity chez les animaux et les humains sont également devenus un sujet brûlant pour la nutrition moléculaire et la recherche alimentaire. On l'a démontré que les poids corporels de rats et leur triglycéride de plasma, cholestérol, et LDL-cholestérol ont été sensiblement réduits par des alimentations d'oolong, de noir, d'unité centrale-erh, et de feuilles de thé vertes aux animaux. On lui a suggéré que l'inhibition de la croissance et de la suppression du lipogenesis en cellules de cancer du sein MCF-7 puisse être par le vers le bas-règlement de l'expression du gène de synthase d'acide gras dans le noyau et la stimulation de la dépense énergétique de cellules dans les mitochondries. Les données expérimentales ont indiqué que les mécanismes moléculaires de la suppression de gène de synthase d'acide gras par les polyphénols de thé (EGCG, théaflavines) peuvent inviter le vers le bas-règlement des voies de transduction du signal EGFR/PI3K/Akt/Sp-1.

Mol Nutr Food Res. 2006 fév. ; 50(2) : 211-7

Thé vert, thé noir et risque de cancer du sein : une méta-analyse des études épidémiologiques.

Les études expérimentales ont prouvé que le thé et les polyphénols de thé ont les propriétés anti-cancérogènes contre le cancer du sein. Un certain nombre d'études épidémiologiques, cas-témoin et cohorte dans la conception, ont examiné l'association possible entre la prise de thé et le développement de cancer du sein chez l'homme. Cette méta-analyse a inclus 13 articles qui ont examiné des populations dans huit pays et si des données sur la consommation du thé vert ou du thé noir, ou chacun des deux par rapport au risque de cancer du sein. Des rapports récapitulatifs de chance (ORs) pour le plus haut contre non/niveau de consommation plus bas thé ont été calculés ont basé sur les modèles fixes et aléatoires d'effets. L'hétérogénéité entre les études a été examinée par l'intermédiaire des statistiques de Q. Pour le thé vert, les résultats combinés des quatre études ont indiqué un risque réduit de cancer du sein pour le plus haut contre non/le plus bas prise (OU = 0,78, 95% ci = 0.61-0.98). Pour le thé noir, on a observé des résultats contradictoires dans le cas-témoin contre des études de cohorte. Les résultats combinés des huit études cas-témoins ont montré une association inverse mineure entre la consommation de thé noir et le risque de cancer du sein (OU = 0,91, 95% ci = 0.84-0.98). Cette association inverse était plus forte dans basé sur hôpital (OU = 0,77, 95% ci = 0.50-1.19) que les études cas-témoins basées sur la population (OU = 0,94, 95% ci = 0.81-1.09). Cinq études de cohorte ont démontré une augmentation modeste du risque lié à la prise de thé noir (OU = 1,15, 95% ci = 1.02-1.31). Les résultats de cette méta-analyse indiquent un plus à faible risque pour le cancer du sein avec la consommation de thé vert. Les données disponibles suggèrent une tard-étape possible, effet promotionnel de thé noir sur la carcinogenèse de sein.

Carcinogenèse. 2006 juillet ; 27(7) : 1310-5

Les effets de la consommation de thé vert sur l'incidence du cancer du sein et la répétition du cancer du sein : un examen et une méta-analyse systématiques.

FOND : Le thé vert est très utilisé par des femmes pour la prévention et le traitement du cancer du sein. Les auteurs ont visé à déterminer l'efficacité de l'ingestion de thé vert sur le risque de développement de cancer du sein et le risque de répétition de cancer du sein. MÉTHODES : Les auteurs ont conduit un examen systématique et des métas-analyse des études d'observation des recherches systématiques de 8 points d'émission de données électroniques et du contact avec des auteurs. Ils ont inclus des études évaluant l'incidence et la répétition de cancer du sein. RÉSULTATS : Résultats : Le risque relatif mis en commun (rr) de cancer du sein se développant pour les niveaux les plus élevés de la consommation de thé vert dans les études de cohorte était 0,89 (intervalle de confiance de 95% [ci], 0.71-1.1 ; P= .28 ; I (2)= 0%), et au cas où le contrôle étudierait, le rapport de chance étaient 0,44 (ci de 95%, 0.14-1.31 ; P= .14 ; I (2)= 47%). Le rr mis en commun des études de cohorte pour la répétition de cancer du sein dans toutes les étapes était 0,75 (ci de 95%, 0.47-1.19 ; P= .22 ; I (2)= 37%). Une analyse de sous-groupe de répétition dans l'étape I et II la maladie a montré un rr mis en commun dans les études de cohorte de 0,56 (ci de 95%, 0.38-0.83 ; P= .004 ; I2= 0%). Les relations de réponse à dose donnée étaient évidentes dans seulement 3 des 7 études. CONCLUSION : Jusqu'à présent, les données épidémiologiques indiquent que consommation de 5 tasses ou plus de thé vert par jour montre une tendance non-statistically significative vers la prévention du développement de cancer du sein. Les preuves indiquent que la consommation de thé vert peut probablement aider à empêcher la répétition de cancer du sein à la partie (I et II) cancers. Cependant, les conclusions quant à l'application thérapeutique potentielle du thé vert sont impossibles actuellement à rendre en raison de le petit nombre d'études entreprises, du manque de n'importe quelles preuves de test clinique, du manque des relations cohérentes de réponse à dose donnée, et du potentiel pour l'interaction avec soin standard.

Cancer Ther d'Integr. 2005 juin ; 4(2) : 144-55

Les thés noirs et verts empêchent également les cataractes diabétiques dans un modèle causé par streptozotocin de rat de diabète.

Des thés verts et noirs ont été donnés à 1,25% dans l'eau potable aux rats diabétiques causés par streptozotocin pendant 3 mois. Des groupes témoins normaux et diabétiques ont été également étudiés. À mesure que les animaux prévus et diabétiques avait sensiblement augmenté le glucose dans la lentille et le plasma. Le sorbitol de lentille et de globule rouge ont été sensiblement augmentés en raison de l'activation de voie de réductase d'aldose. Des substances de lipide de plasma et de lentille et le glycation acide-réactifs thiobarbituriques de protéine ont été également sensiblement élevés. Les deux thés ont empêché de manière significative les cataractes diabétiques et ont causé des réductions significatives de la voie biochimique impliquée dans le développement de la pathologie. Après des corrections pour le glucose, on l'a constaté que les thés retardent le développement des cataractes diabétiques par un effet hypoglycémique qui empêche consécutivement les indicateurs biochimiques de la pathologie. Il y avait des corrélations significatives entre le glucose, le score de cataracte, et ces indicateurs. Le thé vert mais le thé non noir a causé une baisse significative en triglycérides chez les animaux diabétiques. Le thé peut être des moyens simples et peu coûteux d'empêcher ou de retarder le diabète humain et les complications suivantes. Le thé devrait également être étudié comme thérapie d'adjonction pour le traitement à diabète.

Nourriture chim. de J Agric. 4 mai 2005 ; 53(9) : 3710-3

Une nouvelle approche à contrôler des manifestations orales des manifestations du syndrome et de la peau de Sjogren des lupus.

Le syndrome de Sjogren (solides solubles) est un désordre autoimmun qui affecte les glandes salivaires, menant à la xérostomie, et les glandes lacrymales, ayant pour résultat le xerophthalmia. Des solides solubles secondaires est associés à d'autres désordres autoimmuns tels que les maladies rhumatismales systémiques et l'erythematosis systémique de lupus (SLE), qui peut affecter les organes multiples, y compris l'épiderme. Les études récentes ont démontré que les polyphénols de thé vert (GTPs) possèdent les propriétés anti-inflammatoires et anti-apoptotic en cellules humaines normales. Les preuves épidémiologiques ont indiqué que, par rapport aux Etats-Unis, l'incidence des solides solubles, la xérostomie clinique et le lupus est considérablement plus limité en Chine et au Japon, les deux principaux pays thé-consumants verts. Ainsi, GTPs pourrait être responsable, en partie, des différences géographiques dans l'incidence de la xérostomie en réduisant l'initiation ou la sévérité des solides solubles et du lupus. Compatible aux études des animaux ceci, moléculaires, cellulaires et indiquent que GTPs pourrait fournir des effets protecteurs contre des réactions autoimmunes dans les glandes salivaires et la peau. Par conséquent, les tissus salivaires et les keratinocytes épidermiques ont pu être les cibles primaires pour des thérapies nouvelles utilisant GTPs. Cet article synoptique évalue les données actuellement disponibles de recherches sur GTPs, se concentrant sur leur application potentielle dans le traitement des manifestations orales des solides solubles et des manifestations de peau de SLE.

Biochimie Mol Biol de J. 31 mai 2006 ; 39(3) : 229-39

Suite à la page 3 de 4