Vente de soins de la peau de prolongation de la durée de vie utile

Résumés

La durée de vie utile prolongation magazine en avril 2009
Résumés

Protéine de lactalbumine

Applications thérapeutiques de protéine de lactalbumine.

Du petit lait, un complexe de protéine dérivé du lait, est démarché comme aliment fonctionnel avec un certain nombre de prestations-maladie. Les composants biologiques du petit lait, y compris la lactoferrine, bêta-lactoglobuline, alpha-lactalbumine, glycomacropeptide, et immunoglobulines, démontrent une gamme des propriétés de immunisé-amélioration. En outre, le petit lait a la capacité d'agir en tant qu'agent de chélation d'antioxydant, d'antihypertensif, antitumoral, hypolipidémique, antiviral, antibactérien, et. Le mécanisme primaire par lequel on pense du petit lait pour exercer ses effets est par la conversion intracellulaire de la cystéine d'acide aminé en glutathion, un antioxydant intracellulaire efficace. Un certain nombre de tests cliniques ont été avec succès effectués utilisant le petit lait dans le traitement du cancer, HIV, l'hépatite B, maladie cardio-vasculaire, ostéoporose, et comme agent antimicrobien. La protéine de lactalbumine a également montré l'avantage dans l'arène de la représentation et de l'amélioration d'exercice.

Altern Med Rev. 2004 juin ; 9(2) : 136-56

Effet d'isolat de protéine de lactalbumine sur la force, hypertrophie de composition en corps et de muscle pendant la formation de résistance.

BUT D'EXAMEN : On pense Sarcopenia (muscle squelettique gaspillant avec le vieillissement) pour être à la base d'un certain nombre de problèmes de santé relatifs à l'âge sérieux. Tandis qu'est évident comme inévitable, diminuer cette perte progressive de muscle est essentiel pour le vieillissement sain. Ainsi, il est impératif d'étudier l'exercice et les stratégies basées sur nutrition conçus pour construire un réservoir de la masse de muscle dès que possible. RÉSULTATS RÉCENTS : Les personnes pluses âgé peuvent encore répondre à la formation de résistance et les signaux anaboliques fournis par l'ingestion de protéine, si les acides aminés spécifiques, tels que la leucine, sont présents. Les protéines de lactalbumine sont une source riche de ces acides aminés essentiels et élèvent rapidement des acides aminés de plasma, de ce fait fournissant les bases pour la conservation de Massachusetts de muscle. Plusieurs études impliquant la supplémentation de la protéine de lactalbumine se sont avérées efficaces en augmentant les effets de l'exercice de résistance, en particulier quand la supplémentation se produit pendant les heures entourant la formation d'exercice. RÉSUMÉ : Tandis que davantage de travail est exigé, en particulier dans les personnes âgées, diététique simple et exercez les stratégies qui peuvent améliorer l'entretien de la masse de muscle squelettique vraisemblablement auront comme conséquence une diminution de la charge globale d'un certain nombre de maladies et améliorent la qualité de vie pendant que nous vieillissons.

Soin de Curr Opin Clin Nutr Metab. 2008 janv. ; 11(1) : 40-4

L'effet de la supplémentation de protéine de lactalbumine avec et sans le monohydrate de créatine a combiné avec la formation de résistance sur la masse et la force musculaire de tissu maigres.

Notre but était d'évaluer des adaptations musculaires pendant 6 semaines de formation de résistance dans 36 mâles aléatoirement affectés à la supplémentation avec de la protéine de lactalbumine (W ; 1,2 g/kg/jour monohydrate), de protéine de lactalbumine et de créatine (carte de travail ; 0,1 g/kg/jour), ou placebo (P ; maltodextrine de 1,2 g/kg/jour). La masse de tissu maigre incluse par mesures par le double rayon X d'énergie absorptiometry, le banc à presse et la force accroupie (maximum 1-repetition), et l'extension de genou/couple maximal de flexion. La masse de tissu maigre a augmenté dans une large mesure avec la formation dans la carte de travail comparée aux autres groupes, et dans W a comparé au groupe de P (p < .05). La force de banc à presse a augmenté dans une large mesure pour la carte de travail comparée à W et à P (p < .05). Le couple de crête d'extension de genou a augmenté avec la formation pour la carte de travail et le W (p < .05), mais pas pour le P. Toutes autres mesures ont grimpé jusqu'à une ampleur semblable à travers des groupes. La formation continuée sans supplémentation pour des 6 semaines supplémentaires a eu comme conséquence l'entretien de la force et la masse de tissu maigre dans tous les groupes. Mâles qui ont complété avec de la protéine de lactalbumine tandis que la formation de résistance démontrait une plus grande amélioration de couple de crête d'extension de genou et de masse de tissu maigre que des mâles occupés seule à former. Mâles qui ont complété avec une combinaison de protéine de lactalbumine et la créatine a eu de plus grandes augmentations dans la masse et le banc à presse de tissu maigres que ceux qui ont complété avec seulement de la protéine de lactalbumine ou le placebo. Cependant, non toutes les mesures de force ont été améliorées avec la supplémentation, puisque les sujets qui ont complété avec de la créatine et/ou la protéine de lactalbumine ont eu les augmentations semblables du couple accroupi de crête de flexion de force et de genou ont comparé aux sujets qui ont reçu le placebo.

Sport Nutr Exerc Metab d'international J. 2001 sept ; 11(3) : 349-64

L'ingestion de protéine de lactalbumine chez les personnes âgées a comme conséquence une plus grande accumulation de protéine musculaire que l'ingestion de sa teneur en acides aminés essentiel constitutive.

On l'identifie que la protéine de lactalbumine (WY) et les acides aminés essentiels (EAA) sont des stimulus pour l'anabolism de protéine musculaire. Le but de la présente étude était de déterminer si les effets de l'ingestion de WY sur l'accumulation de protéine musculaire chez les personnes âgées sont dus seulement de son contenu d'EAA de constituant. Quinze personnes âgées ont été aléatoirement affectées pour ingérer un bol de 15 g de WY, de 6,72 g d'EAA, ou de 7,57 g d'acides aminés non essentiels (NEAA). Nous avions l'habitude le modèle artérioveineux de jambe pour mesurer l'équilibre de phénylalanine de jambe, qui est un index d'accumulation de protéine musculaire. Équilibre de phénylalanine la masse minimum de jambe de maigre (de nmol X (- 1) kilogramme (- 1)) pendant les 3,5 heures après l'ingestion de bol améliorée dans le WY (- 216 +/- 14 contre -105 +/- 19 ; P < .05) mais pas dans l'EAA (- 203 +/- 21 contre -172 +/- 38 ; P > .05) ou groupes de NEAA (- 203 +/- 19 contre -204 +/- 21 ; P > .05). La réponse d'insuline minute 210 (d'uIU X ml (- 1) (- 1)) au cours de la même période était inférieur dans le NEAA (48 +/- 40) et EAA (213 +/- 127) une fois comparé au WY (1073 +/- 229 ; P < .05). En conclusion, l'ingestion de WY améliore l'accumulation de protéine musculaire de muscle squelettique par les mécanismes qui sont au delà de ceux attribués à son contenu d'EAA. Ceci qui trouve peut avoir des implications pratiques pour la formulation des suppléments nutritionnels pour augmenter l'anabolism de muscle dans des personnes plus âgées.

Recherche de Nutr. 2008 Oct. ; 28(10) : 651-8

La supplémentation de créatine améliore la représentation musculaire chez des hommes plus âgés.

BUT : La supplémentation de créatine a été montrée pour augmenter la force musculaire et la puissance après seulement 5-7 d dans de jeunes adultes. La supplémentation de créatine pourrait donc bénéficier des personnes plus âgées parce que vieillissant est associé à une diminution de la force musculaire et de la puissance explosive. MÉTHODES : Nous avons examiné les effets de 7 d de la supplémentation de créatine chez les hommes plus âgés normalement actifs (59-72 année) à l'aide d'une conception à double anonymat et contrôlée par le placebo avec des mesures répétées. Après qu'une période de familiarisation de 3 sem. pour réduire au minimum des effets d'apprentissage, une batterie d'essais aient été accomplis à trois occasions séparées par 7 d (T1, T2, et T3). Après T1, des sujets ont été assortis et aléatoirement assignés dans la créatine (N = 10) et placebo (N = 8) des groupes. Après T2, les sujets consommés complète (0,3 g x kilogramme (- 1) x d (- 1)) pour 7 d jusqu'au T3. Tous les sujets ont été examinés pour la force dynamique maximale (presse et banc à presse maximum de jambe d'un-répétition), la force isométrique maximale (extension/flexion de genou), le stimulant et les sprints explosifs de s de la puissance de partie inférieure du corps (6 x 10 sur un ergomètre de cycle), et la capacité fonctionnelle de bas-extrémité (essai synchronisé de reposer-support et essai tandem de démarche). La composition en corps a été évaluée par l'intermédiaire du pesage hydrostatique, et des prises de sang ont été obtenues pour évaluer des réponses et des concentrations rénales et hépatiques en créatine de muscle. RÉSULTATS : On n'a observé aucune augmentation significative dans aucune mesure de représentation du T1 au T2 excepté la flexion isométrique du genou droit dans le groupe de placebo indiquant la stabilité dans les protocoles d'essai. Significatif groupe-par des interactions fois a indiqué que les réponses du T2 au T3 étaient sensiblement plus grandes (<or= 0,05 de P) dans la créatine comparée au groupe de placebo, respectivement, pour la masse de corps (1,86 et -1,01 kilogrammes), la masse non grasse (2,22 et 0,00 kilogrammes), force dynamique maximale (7-8 et 1-2%), force isométrique maximale (9-15 et -6 à 1%), puissance moyenne de partie inférieure du corps (11 et 0%), et capacité fonctionnelle de bas-extrémité (6-9 et 1-2%). On n'a observé aucun effet secondaire défavorable. CONCLUSION : Ces données indiquent que 7 d de la supplémentation de créatine est efficace à augmenter plusieurs index de représentation de muscle, y compris les essais fonctionnels chez des hommes plus âgés sans effets secondaires défavorables. La supplémentation de créatine peut être une stratégie thérapeutique utile pour que des adultes plus âgés atténuent la perte de la force musculaire et la représentation des tâches fonctionnelles de vie.

Med Sci Sports Exerc. 2002 mars ; 34(3) : 537-43

Effet d'un supplément d'énergie de pré-exercice sur la réponse hormonale aiguë à l'exercice de résistance.

L'effet d'une boisson de sport d'énergie de pré-exercice sur la réponse hormonale aiguë à l'exercice de résistance a été examiné chez huit hommes qualifiés par résistance expérimentés. Des sujets ont été aléatoirement fournis ou un placebo (P : maltodextrine) ou le supplément (S : combinaison des acides aminés, de la créatine, de la taurine, de la caféine, et du glucuronolactone à chaînes embranchés). Les sujets ont exécuté 6 ensembles de pas plus de 10 répétitions de l'exercice accroupi à 75% de leur 1 maximum de répétition (1RM) avec 2 minutes de repos entre les ensembles. Le sang dessine produit au pré-exercice de ligne de base, immédiatement le courrier (IP), le courrier de 15 minutes (15P), et 30 minutes signalent l'exercice (30P) pour la mesure de l'hormone de croissance de sérum, se montent et libèrent à la testostérone, au cortisol, et aux concentrations en insuline. Bien que des différences significatives aient été vues seulement à l'ensemble 5, tout le nombre de répétitions et de volume s'exerçant a tendu (p = 0,08) à être plus haut avec S comparé à l'hormone de croissance de P. Serum et les concentrations en insuline étaient sensiblement plus hautes à 15P et l'IP, respectivement, dans S comparé à P. Results suggèrent qu'une énergie S de pré-exercice ait consommé 10 minutes avant que l'exercice de résistance peut augmenter la représentation aiguë d'exercice en augmentant le nombre de répétitions exécutées et tout le volume d'exercice. La représentation augmentée d'exercice a eu comme conséquence une augmentation sensiblement plus grande des concentrations en hormone de croissance et en insuline, indiquant une réponse anabolique augmentée d'hormone à cet pré-exercice S.

Recherche de Cond de force de J. 2008 mai ; 22(3) : 874-82

Considérations thérapeutiques de L-glutamine : un examen de la littérature.

L'acide aminé le plus abondant dans la circulation sanguine, L-glutamine accomplit un certain nombre de besoins biochimiques. Il fonctionne comme navette d'azote, prenant l'ammoniaque excédentaire et formant l'urée. Il peut contribuer à la production des autres acides aminés, glucose, nucléotides, protéine, et glutathion. La glutamine est principalement formée et stockée dans le muscle squelettique et des poumons, et est le carburant métabolique principal pour des enterocytes, des lymphocytes, des macrophages, et des fibroblastes d'intestin grêle. L'utilisation supplémentaire de la glutamine, dans oral, forme entérique et ou parentérale, taille villeuse intestinale d'augmentations, stimule la prolifération cellulaire muqueuse d'intestin, et maintient l'intégrité muqueuse. Il empêche également le hyperpermeability intestinal et la translocation bactérienne, qui peuvent être impliqués dans la septicité et le développement de l'échec multiple d'organe. l'utilisation de L-glutamine s'est avérée de grande importance dans le traitement des patients de traumatisme et de chirurgie, et a été montrée pour diminuer l'incidence de l'infection dans ces patients. Les cancéreux développent souvent l'épuisement de glutamine de muscle, dû à la prise par des tumeurs et catabolisme chronique de protéine. La glutamine peut être utile en compensant cet épuisement ; cependant, il peut également stimuler la croissance de quelques tumeurs. L'utilisation de la glutamine avec la chimiothérapie et la radiothérapie de cancer semble empêcher l'intestin et les effets secondaires toxiques oraux, et peut même augmenter l'efficacité de quelques drogues de chimiothérapie.

Altern Med Rev. 1999 août ; 4(4) : 239-48

Glutamine et le système immunitaire.

La glutamine est utilisée à un haut débit par des cellules du système immunitaire dans la culture et est exigée pour soutenir la prolifération de lymphocyte et la production optimales des cytokines par des lymphocytes et des macrophages. la phagocytose Macrophage-négociée est influencée par disponibilité de glutamine. Les dipeptides hydrolysables de glutamine peuvent remplacer la glutamine pour soutenir des fonctions in vitro de lymphocyte et de macrophage. Chez l'homme des niveaux de glutamine de plasma et de muscle squelettique sont abaissés par exercice de septicité, de blessure, de brûlures, de chirurgie et de résistance et dans l'athlète overtrained. Les concentrations abaissées en glutamine de plasma sont le plus susceptibles le résultat de la demande de la glutamine (par le foie, le rein, l'intestin et le système immunitaire) dépassant l'approvisionnement (du régime et du muscle). On lui a suggéré que la concentration abaissée en glutamine de plasma contribue, au moins en partie, à l'immunosuppression qui accompagne de telles situations. Les études des animaux ont prouvé que l'inclusion de la glutamine dans le régime augmente la survie à un défi bactérien. La glutamine ou ses précurseurs a été fournie, habituellement par la voie parentérale, aux patients après chirurgie, transplantation de traitement radioactif ou de moelle ou la souffrance de la blessure. Dans la plupart des cas l'intention n'était pas de stimuler le système immunitaire mais de maintenir plutôt l'équilibre d'azote, muscle la masse et/ou d'étriper l'intégrité. Néanmoins, l'entretien des concentrations en glutamine de plasma dans un tel groupe de patients infiniment en danger d'immunosuppression a l'avantage supplémentaire de maintenir la fonction immunisée. En effet, la fourniture de glutamine aux patients suivant la transplantation de moelle a eu comme conséquence un niveau plus bas de l'infection et un séjour plus court dans l'hôpital que pour des patients recevant la nutrition parentérale glutamine-gratuite.

Acides aminés. 1999;17(3):227-41

Glutamine, exercice et fonction immunisée. Liens et mécanismes possibles.

La glutamine est l'acide aminé libre le plus abondant dans le muscle et le plasma humains et est utilisée aux hauts débits en divisant rapidement des cellules, y compris des leucocytes, pour fournir l'énergie et des conditions optimales pour la biosynthèse de nucléotide. En soi, on le considère essentiel pour la fonction immunisée appropriée. Pendant de divers états cataboliques comprenant le traumatisme chirurgical, l'infection, la famine et l'exercice prolongé, homéostasie de glutamine est placée sous l'effort. Des chutes au niveau de glutamine de plasma (mumol/L normal de gamme 500 à 750 après qu'un rapide durant la nuit) ont été rapportées après des événements de résistance et exercice prolongé. Ces niveaux demeurent sans changement ou temporairement élevé après exercice à court terme et de forte intensité. La glutamine de plasma a été également rapportée à la chute dans les patients avec des diabètes non traités, dans l'acidose métabolique causée par le régime et dans l'exercice intermittent de forte intensité suivant de période de récupération. Les facteurs communs parmi tous ces états d'effort sont des hausses des concentrations en plasma du cortisol et du glucagon et une condition accrue de tissu pour la glutamine pour la gluconéogenèse. On lui suggère que la gluconéogenèse accrue et les augmentations associées d'hépatique, de l'intestin et de la prise rénale de glutamine expliquent l'épuisement de la glutamine de plasma dans les états cataboliques d'effort, y compris l'exercice prolongé. Les effets à court terme de l'exercice au niveau de glutamine de plasma peuvent être cumulatifs, puisque la formation lourde a été montrée pour avoir comme conséquence les niveaux bas de glutamine de plasma (< 500 mumol/L) ayant besoin de longues périodes de récupération. En outre, athlètes éprouvant le malaise de l'objet exposé overtraining de syndrome reposant plus bas des niveaux de glutamine de plasma que des contrôles sains actifs. Par conséquent, l'activité physique affecte directement la disponibilité de la glutamine aux leucocytes et peut influencer ainsi la fonction immunisée. L'utilité du niveau de glutamine de plasma comme marqueur d'overtraining a été récemment accentuée, mais un consensus n'a pas été encore atteint au sujet de la meilleure méthode de déterminer le niveau. Depuis la blessure, l'infection, le statut nutritionnel et l'exercice aigu peuvent tout influencer le niveau de glutamine de plasma, ces facteurs doivent être commandés et/ou pris en compte si la glutamine de plasma est de prouver un marqueur utile d'overtraining imminent.

Sports Med. 1998 sept ; 26(3) : 177-91

Concentrations en acide aminé de plasma dans le syndrome overtraining : effets possibles sur le système immunitaire.

Overtraining et exercice à long terme sont associés à un affaiblissement de fonction immunisée. Nous fournissons des preuves à l'appui de l'hypothèse que l'approvisionnement en glutamine, un carburant principal pour des cellules du système immunitaire, est altéré en ces conditions et que ceci peut contribuer à l'immunosuppression. La concentration en glutamine de plasma a été diminuée dans les athlètes overtrained et après qu'exercice à long terme (course de marathon) et a été augmentée après exercice à court terme et de forte intensité (sprinter). La supplémentation à chaînes embranchée d'acide aminé pendant l'exercice à long terme a été montrée pour empêcher cette diminution au niveau de glutamine de plasma. Overtraining était sans effet sur le taux de prolifération de lymphocyte T in vitro ou aux niveaux de plasma d'interleukin-1 et de -6, suggérant que la fonction immunisée ne soit pas altérée en cette condition. Etant donné l'importance proposée de la glutamine pour des cellules du système immunitaire, on le conclut que la diminution de la concentration en glutamine de plasma dans overtraining et après exercice à long terme, et pas un défaut intrinsèque dans la fonction de lymphocyte de T, peuvent contribuer au déficit immunitaire rapporté en ces conditions.

Med Sci Sports Exerc. 1992 décembre ; 24(12) : 1353-8

Dépression de concentration en glutamine de plasma après effort d'exercice et de son influence possible sur le système immunitaire.

OBJECTIF : Pour déterminer si des niveaux de glutamine de plasma peuvent être employés comme indicateur d'effort causé par l'exercice, et considérer les effets possibles de basses concentrations en glutamine de plasma sur le système immunitaire. MÉTHODES : Nous avons employé deux régimes d'exercice : dans le procès 1 sept sujets masculins ont été aléatoirement soulignés sur un tapis roulant à 0, à 30%, à 60%, à 90% et à 120% de leur consommation d'oxygène maximale (VO2max) ; dans le procès 2 cinq sujets masculins fortement qualifiés ont subi des stages de formation intensifs d'intervalle deux fois par jour pendant dix jours, suivi d'une période de six jours de récupération. RÉSULTATS : Les concentrations en glutamine de plasma ont diminué de manière significative d'une moyenne de 1.244 +/- 121 mumol/L à 702 +/- 101 mumol/L après exercice aigu à 90% VO2max (P < 0,05) et à 560 +/- 79 mumol/L à 120% VO2max (P < 0,001). Quatre des cinq sujets montrés ont réduit des concentrations en glutamine de plasma par le jour 6 du procès de formation de surcharge, avec tous les sujets montrant des niveaux sensiblement plus bas de glutamine par le jour 11. Cependant, les niveaux de glutamine ont montré un à taux variable de la récupération au cours de la période de six jours de récupération, avec deux niveaux des sujets demeurant bas par le jour 16. CONCLUSIONS : Les concentrations réduites en glutamine de plasma peuvent fournir une bonne indication d'effort grave d'exercice.

Med J Aust. 2 janvier 1995 ; 162(1) : 15-8