Vente superbe d'analyse de sang de prolongation de la durée de vie utile

Magazine de prolongation de la durée de vie utile

LE Magazine en septembre 1997

Lutter pour la liberté de santé dans le monde entier :
Un rapport du champ de bataille

Par John Hammell

image Les défis à la liberté du public à chercher et aux produits de soins de santé d'achat de leur propre choix sont soumis aux attaques autour du monde. La crise est particulièrement aiguë aux États-Unis et le Canada.

Les Etats-Unis Food and Drug Administration (FDA) nous ont juste faits tous une « faveur » énorme en annonçant ouvertement son intention « harmonisent » la loi domestique des États-Unis avec les normes internationales prévues pour être placé par la Commission de codex alimentarius de nation unie (codex). Ceci représente une menace significative pour le libre accès aux suppléments diététiques de haut-pouvoir. Avec cette annonce, les consommateurs aux États-Unis et doivent à l'étranger se réunir ensemble pour battre en retraite.

L'annonce de FDA a été signalée sur le site Web de l'agence, http://www.fda.gov/ola/319.htm. Il devrait être regardé contre le contexte FDA de la proposition du 2 juin pour des limites strictes de dosage pour l'herbe mA Huang (qui contient l'éphèdre naturelle), mais pas pour les drogues synthétiques d'éphédrine. Une recherche de Medline ne montre aucune mort attribuée à ephedra/ma Huang, et les 57 décès attribuées à OTC dope contenir l'éphédrine. Cette proposition est un exemple du double standard que FDA applique au règlement des éléments nutritifs et des herbes.

Les efforts de l'harmonisation de FDA également peuvent être vus dans sa Commission sur le projet de rapport de labels de supplément diététique, dans lequel elle préconise le statut de drogue d'OTC pour des herbes et des botanicals. Ce rapport menace de miner les gains faits par la santé de supplément diététique et l'action de formation (DSHEA). Tandis que ce rapport ne porte pas la force de la loi, il pourrait être employé comme prélude à la législation.

Ces actions de FDA font partie d'un mouvement international. Se déplaçant avec la lenteur délibérée et presque glaciaire, qui le rend dur pour que les consommateurs se propagent, l'industrie pharmaceutique transnationale fonctionne par le comité de codex de la nutrition et des nourritures pour l'usage diététique spécial d'essayer de limiter notre accès aux suppléments diététiques.

Un mouvement international pour limiter Access aux suppléments diététiques

Il y a, par exemple, une proposition allemande qui menace de ramener l'accès du consommateur aux suppléments diététiques aux niveaux pas plus haut que recommandés d'indemnité journalière, aussi bien qu'une proposition canadienne qui menace d'interdire la vente internationale de beaucoup d'herbes sûres.

Il est par les produits de fines herbes, qui n'ont pas RDAs, que l'industrie pharmaceutique fait sa plus grande offre publique d'achat. La proposition canadienne de codex pour créer une liste négative d'herbes afin d'interdire leur vente de commerce international a été proposée la première fois lors de l'Amérique du Nord/vers le sud-ouest d'une réunion Pacifique à Vancouver en 1994, mais elle est toujours sur la table. Mary Cheney de la branche canadienne de protection sanitaire (HPB) a au commencement accepté de dégager de la proposition par déférence pour l'opinion publique, mais plus tard a renversé sa position lors de la réunion de codex à Bonn, Allemagne, octobre dernier.

Actuellement le HPB a une liste de plus de 104 herbes qu'elle prévoit pour interdire, et les gens partout dans le monde devraient prendre l'avis.

La proposition allemande de codex a pu être décrétée avant septembre 1998. Ceci peut sembler comme une longue période dès maintenant, mais donné ce que nous devons faire pour l'arrêter, il n'est pas ! En plus de la menace à longue portée constituée par cette proposition, des efforts immédiats sont rendus mondiaux par des entreprises pharmaceutiques d'assurer le marché naturel de supplément. Considérez les efforts des sociétés pharmaceutiques allemandes aux États-Unis et le Canada :

Entreprises mixtes allemandes

Robert Yuan, le Ph.D., et le Jorg Grunwald, Ph.D., rapporté le 15 avril dans les actualités de génie génétique, que les projections optimistes pour le marché de phytothérapie des États-Unis ont mené deux sociétés, Schwabe et Madaus allemands principaux, pour établir une entreprise mixte aux États-Unis par l'Utah bien connu ont basé la Vitamine-société. D'autres sociétés, comme Lichtwer Pharma et Pharmaton (un membre du groupe de Boerhinger Ingleheim) ont également des filiales aux États-Unis.

L'intérêt par ces sociétés est compréhensible. Les yuans et le Grunwald estiment que le marché global pour des phytothérapies en 1996 était $14 milliards, avec l'Europe expliquant $7 milliards, le Japon $2,4 milliards et l'Amérique du Nord $1,6 milliards.

Les yuans et le Grunwald, qui sont des conseillers à la biotechnologie et à l'industrie de phytothérapies respectivement, confirment ce que j'avais dit au sujet de la prise de contrôle pharmaceutique essayée de l'industrie de produits naturels. Ils énoncent, « les données scientifiques et la qualité de fabrication liées aux produits de fines herbes allemands le font vraisemblablement que plus de sociétés américaines entameront des alliances, des fusions, et des acquisitions avec leurs homologues allemandes comme cette industrie continue à se développer. »

Selon le numéro d'avril 1997 du magazine de Whole Foods, Madaus AG finance actuellement une étude en double aveugle de $300,000-plus d'Echinacea à l'université de Bastyr à Seattle, Washington. Cet investissement agressif dans une herbe actuellement disponible de beaucoup de sociétés de supplément diététique est vraisemblablement adapté vers vendre l'Echinacea comme drogue en Amérique du Nord.

Cette spéculation est encore soutenue par le fait que les produits naturels Alliance de l'Utah, l'association nutritionnelle nationale de nourritures, et l'association de fines herbes américaine de produit ont tout signé une note envoyée à la Commission de label du supplément diététique de FDA, dans laquelle ils soutiennent la création d'une catégorie de médicament en vente libre pour des herbes et des botanicals.

La bataille canadienne pour la liberté de santé

Le 8 janvier, Zoltan Rona, M.D. de Toronto a commandé trois bouteilles de capsules de DHEA de la base de prolongation de la durée de vie utile et a été déçu pour recevoir la réponse suivante de la base.

« Je suis au regret de vous informer que nous pouvons plus n'embarquer DHEA dans le Canada. Le gouvernement là cesse chaque paquet pour s'assurer que le produit ne passe pas des coutumes. S'ils trouvent n'importe quel DHEA, ils nous ont avertis qu'ils nieront toutes les expéditions de LEF dans le Canada et qu'ils peuvent arrêter la personne commandant le produit. Je suis désolé pour n'importe quels désagréments. »

La branche canadienne de protection sanitaire, qui règle des nourritures en tant que « drogues, » a non seulement bloqué Dr. Rona de recevoir DHEA des états, mais l'a également bloqué de recevoir la vitamine E, le zinc, et les formules naturelles telles que Cognitex, qui ont « un effet pharmacologique » (le HPB indique ceci au sujet du poivre de Cayenne, ou n'importe quelle autre nourriture dans le Canada le moment où il devient encapsulé). [la note de rédacteur : La base de prolongation de la durée de vie utile continue à pouvoir embarquer tous ses produits avec succès à tous les clients canadiens autres que Dr. Rona, excepté DHEA.]

Ajouter l'insulte à la blessure

Le HPB également arrête Dr. Rona d'obtenir ces produits parce que la base n'a pas rapporté à son frais de dossier de numéro d'identification de la drogue $10-$20,000, et le fait que Dr. Rona (comme distributeur) n'a pas payé des honoraires « d'autorisation de site » des milliers de dollars pour avoir un inspecteur de HPB inspectant l'installation industrielle de la prolongation de la durée de vie utile.

Ajoutant l'insulte à la blessure, Dr. Rona également devrait payer des $500 à $1.500 des honoraires d'entretien d'année comme distributeur les nombres DIN sur chaque produit importé, et ces coûts devraient être transmis à ses patients. Ces honoraires bientôt conduiront beaucoup de petits fabricants et distributeurs canadiens hors des affaires à moins que la liberté basée sur Toronto de choix dans les soins de santé soit réussie avec deux procès bientôt-à-être-classés cherchant des injonctions.

Sous la phase 3 du « recouvrement des frais, » le HPB propose de rassembler 1,5 pour cent de ventes annuelles des fabricants de vitamine afin de compenser le placement qui a été coupé sur son budget par Canada de santé. Ceci n'exercerait pas un effet inverse sur de grandes entreprises de vitamine possédées par les sociétés pharmaceutiques, mais il menace de détruire nombreux petit aux fabricants et aux distributeurs de taille moyenne.

Sous la Loi financière canadienne d'administration, on permet à des des agences fédérales telles que HPB de charger des honoraires fixes pour régler l'industrie pour certains des services qu'elles assurent. Toutefois le moment ils chargent sur une base de pourcentage des ventes annuelles qu'ils croisent une frontière juridique en prélevant illégal, un qui n'a été jamais discuté et a été approuvé par le Parlement canadien après un examen soigneux de l'impact financier d'un tel mouvement.

Une confrontation dans le Canada

En mars, j'ai voyagé au Canada, ignorant des menaces que je serais arrêté par la Gendarmerie royale du Canada si je plaçais le pied sur le sol canadien. À l'aéroport de Vancouver, la douane canadienne a dévié je dans les entrailles de l'aéroport, où j'étais obligatoire par plusieurs points de contrôle, a demandé million de questions, et donné la routine « de peigne aux dents fines » une heure et demie. La menace vide pour me faire arrêter a été publiée par l'éditeur d'une publication commerciale canadienne de vitamine parce que j'avais en colère tourné le dos à la fausse organisation de « astroturf » de grassroots, la coalition canadienne pour la liberté de santé, après s'être rendu compte que l'organisation a été commandée par les Vitamine-sociétés pharmaceutiquement reliées, qui essayent de balayer leurs plus petits concurrents outre d'une falaise.

Le CCHF avait réussi à me bloquer du podium à un forum public à Vancouver auquel j'avais été programmé pour parler. Ils étaient craintifs j'exposeraient leurs liens pharmaceutiques, et menacé de retirer leur aide financière pour l'événement si on me permettait de parler. Ainsi la société de réseau d'action de santé a été forcée de me laisser tomber du programme.

Avec un soupir de soulagement j'ai finalement dégagé des coutumes, et ai rencontré Debbie Anderson, le coordonnateur de Colombie-Britannique de la liberté de choix dans les soins de santé (FCHC), un groupe véritable de liberté de santé de grassroots. FCHC favorise un « aliment n'est pas des drogues » amendement et a juste intenté deux procès contre la branche de protection sanitaire, à temps à la phase de bloc 3 du programme du recouvrement des frais de HPB de l'entrée dans l'effet.

En dépit d'être empêché du podium public de forum, j'ai sauté hors de la foule à un microphone qui avait été placé pour la participation d'assistance et ai exposé les liens pharmaceutiques de la coalition canadienne. En même temps, j'ai poussé la foule complète à la liberté à la place arrière de choix dans les soins de santé comme véritable organisation de grassroots qui se tient ferme selon des principes par leurs efforts de poursuivre le HPB et pour passer les « nourritures ne sont pas un amendement de drogues ». Vous pourriez avoir entendu une goupille se laisser tomber comme j'ai expliqué à la foule qui en Norvège et Australie, liberté de santé déjà avait été détruite par le même processus maintenant en cours dans le Canada, alors que les campagnes identiques de prise de contrôle dévoilaient au Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et beaucoup d'autres pays en tant qu'élément de l'harmonisation de codex. J'ai averti l'assistance de ne pas soutenir la troisième catégorie (« ni des nourritures ni des drogues ») poussé par la coalition canadienne pour la liberté de santé, arguant du fait qu'elle a favorisé les seulement grandes, pharmaceutiquement reliées Vitamine-sociétés.

J'ai rapporté l'histoire de John Hansen en Norvège, dont la société de distribution de vitamine avait été chassée des affaires par des Forces navales de la Norvège, l'association commerciale de vitamine norvégienne, qui a été assurée par des intérêts pharmaceutiques, et a discuté comment il avait été poursuivi par des agents secrets pour vendre la vitamine C au-dessus de la limite de mg 200.

Puisque beaucoup de Canadiens ont eu de longues distances parcourues pour m'entendre parler, beaucoup étaient déçus et irrités que j'aie été empêché du podium. Une femme a appelé les insectes passés par Inga à la foule ainsi ils pourraient m'entendre parler le next day à son église. Le jour suivant, l'église d'Inga a été emballé, et la réponse à mon entretien était fortement enthousiaste.

Soucis aux États-Unis.

Aux Etats-Unis, la situation est juste comme le mauvais. La plupart des Américains ne saisissent pas le fait que nous n'avons pas gagné une victoire avec le passage de la santé et de l'action de formation de supplément diététique. Cette législation favorise finalement de grandes, pharmaceutiquement possédées ou reliées sociétés au-dessus des petites entreprises.

Selon la mandataire Milton Bass et le lobbyiste Clinton Miller, DSHEA a donné une arme énorme à FDA en leur permettant de créer de nouvelles bonnes pratiques en matière de fabrication (GMPs) pour des suppléments diététiques, et en décalant la charge de la preuve sur des réclamations de santé de FDA au fabricant. En outre, DSHEA a créé « une Commission présidentiel désignée de label de supplément diététique, » qui est dominée par des intérêts pharmaceutiques.

La Commission sur des labels de supplément diététique a été censée prendre deux ans pour étudier comment des réclamations véridiques seraient permises pour les suppléments diététiques, que la facture a été à l'origine censés pour permettre sur le passage, et qui sont liberté de parole commerciale protégée sous le premier amendement à la constitution des États-Unis. Comme indiqué plus tôt, plutôt que l'appel pour une expansion des réclamations introduites sous DSHEA, la Commission a proposé la création de l'au-dessus de la catégorie anti-drogue pour des herbes et des botanicals, et la propose de limiter des ventes de l'herbe mA Huang. Cette poussée pour une catégorie de drogue d'OTC menace de stimuler une poussée législative qui pourrait étriper DSHEA. Il devrait être fortement opposé par des consommateurs.

Selon le guide de famille du résumé du lecteur de la médecine naturelle, « pour des milliers d'années, praticiens de médecine chinoise ont compté sur le thé de mA Huang pour traiter l'asthme, la grippe et même l'arthrite. » Deux investigateurs danois il y a décennies ont trouvé qu'il est efficace pour la perte de poids. Depuis lors les millions de consommateurs ont employé ephedra/ma Huang pour perdre le poids sans risque.

Mais, dans un mouvement de protéger des fabricants d'une telle perte de poids chère et dangereuse de prescription dope comme dexfenfluouramine, député Associate Commissioner William Shultz, un adversaire de FDA de long temps de l'industrie de supplément diététique, a dit que ces limites « … interdirait essentiellement n'importe quel supplément d'éphédrine de l'utilisation comme produit de perte de poids » (AP 5/2/97). Le projet du rapport de la Commission attaque l'éphèdre avant que la période de commentaires sur des produits d'éphèdre ait même conclu, illustrant juste à quel point il décentré est contre l'industrie de supplément diététique.

À moins qu'il soit prolongé, les commentaires que la période pour le projet du rapport de la Commission vous finit le 4 août 1997 peuvent envoyer vos demandes par fax d'une extension à Ken Fisher, directeur exécutif de la Commission sur des labels de supplément diététique à 202-205-0463. Vous pouvez obtenir une copie du projet de rapport en appelant le centre de la réponse de la Commission à 301-650-0382.

FDA a annoncé son intention de baser de nouvelles bonnes pratiques en matière de fabrication pour des suppléments diététiques sur le même système « de point de contrôle critique d'analyse de risque » utilisé à la fabrication pharmaceutique, menaçant de conduire beaucoup de petites Vitamine-sociétés par le marché par l'intermédiaire de la sursaturation d'armes bureaucratique. Des règles finales ont pu être publiées cet été. Le modèle habituel de FDA en libérant tout ce qui irriterait des consommateurs de supplément diététique est de publier les nouvelles règles en août, quand beaucoup de personnes sont des vacances, et quand le congrès est enfoncé, espérant que les gens ne prêteront pas l'attention.

Brevets hors du contrôle

Il y a problème ailleurs. PharmaPrint Inc. d'Irvine, CA, est allé bien à la première société pour obtenir un brevet sur une molécule de fines herbes complexe, et elle a annoncé l'intention de breveter plusieurs des herbes du les plus populaires du monde, aussi bien que d'autoriser les sociétés pharmaceutiques à employer sa technologie brevetée. Les régulateurs tels que Schultz aident la société par l'essai de prendre les substances naturelles outre du marché ainsi ils ne peuvent pas concurrencer les versions brevetées. L'Organisation Mondiale de la Santé soutient PharmaPrint, et ceci ne présage pas bien pour des consommateurs.

Selon l'International rural de base d'avancement, le brevetage est hors du contrôle. RAFI documente le brevetage des gènes humains, les cellules de cordon ombilical et les variétés de cellule humaines, aussi bien que les herbes telles que le kava, le barbasco et d'autres. Ils déclarent correctement que les brevets exclusifs de monopole liés aux processus et à la formule de la vie sont contraires au sens moral d'un pays. Sur son site Web (http://www.rafi.ca/misc/courtrips.html), le groupe discute le fait que sous l'article (27) 2 de GATT, l'accord de commerce international, pays ont le droit de nier des brevets « immoraux », et qui brevette peut être abrogé en appelant cette section.

Les consommateurs de aide d'IAHF battent en retraite dans le monde entier

J'ai commencé les avocats internationaux pour que la liberté de santé favorise la liberté de choix dans les soins de santé dans le monde entier. Les Américains doivent se rendre compte que nous ne pouvons pas arrêter le codex en faisant pression sur le congrès. Excepté une poignée de personnes, telles que le représentant. Ron Paul (le R-Texas), qui a présenté la Loi américaine de restauration de la souveraineté de 1997, qui nous obtiendrait hors des Nations Unies, nous ne pouvons pas compter sur le congrès pour nous aider. Ils se sont déjà vendus en signant le NAFTA et le GATT, par lesquels le codex dérive sa puissance par l'intermédiaire des mesures phytosanitaires et des entraves techniques sur les sections commerciales.

Puisque le congrès des États-Unis ne peut pas arrêter le codex, nous devons atteindre aux combattants de liberté de santé autour du monde. IAHF aide actuellement des groupes de liberté de santé aux États-Unis, le Canada, le R-U, les Pays-Bas, l'Espagne, l'Afrique du Sud, Australie, l'Islande, le Nouvelle-Zélande, et un nombre de plus en plus important d'autres pays.

Mes articles, prise de parole en public, site Web d'Internet, et fax-sur-exigence ont déclenché la conscience de la menace de codex dans le Canada, et il m'a considérablement encouragé à voir un rassemblement vif de liberté de santé à Vancouver avant l'élection le 2 juin. Plusieurs sièges au Parlement ont été gagnés par les candidats qui se sont rassemblés à la cause de liberté de santé. David Dingwall, le ministre de santé qui a fortement soutenu les attaques du HPB sur l'industrie de produits naturels, a été évincé dans cette élection.

Avec l'aide d'IAHF, la liberté de choix dans les soins de santé à Toronto a juste intenté son procès contre le HPB, et le HPB a dégagé sur mettre en application la troisième phase du recouvrement des frais. Je pouvais fournir à FCHC l'information clés, appui organisé pour collecter des fonds, et mise en réseau, sans laquelle le procès ne pourrait pas avoir été intenté à temps, et AM consultant sur plusieurs efforts semblables dans le monde entier.

Une bataille semblable au Canada est en cours en Afrique du Sud. J'ai pu aider Stuart Thomson là en fournissant des données d'Intel d'autres pays. Son groupe s'appelle le PHARMA-PACT, qui représente la santé Alliance des personnes rejetant l'autoritarisme médical, le préjudice, et la tyrannie mystérieuse. PHARMAPACT est montage constitutionnel et défis judiciaires à l'autorité du Conseil de contrôle de la médecine de l'Afrique du Sud, qui fonctionne tout comme le HPB dans le Canada. La maison de Thomson a été tirée à, et ses lignes téléphoniques ont été tapées.

IAHF fonctionne de la même façon avec Janice Priest au Nouvelle-Zélande, John Lesso dans l'Australie, Einar Thorsteinn en Islande, Ron Birckhead en Norvège, Vance Lanneman Jamaïque, Major Gordon Smith au R-U, Suzanne Harris et Patrick Von Mauck aux États-Unis, Debbie Anderson, Marilyn Nelson et nombreux d'autres Canadiens aussi bien que d'autres combattants de liberté de santé autour du monde.

Les consommateurs des produits naturels et des petites Vitamine-sociétés dans le monde entier ont maintenant un véhicule par lequel pour lutter pour la liberté de choix dans les soins de santé. Svp contactez-nous.

JOIGNEZ LE DR. WHITAKER DE JULIAN À L'APPUI DES AVOCATS D'INTERNATIONAL POUR LA LIBERTÉ DE SANTÉ !

Consommateurs, Vitamine-sociétés, distributeurs, alternative M.D.s, guérisseurs et magasins de nourriture biologique :

Vos donations généreuses et honoraires de consultation m'aideront :

- Continue recherchant et écrivant des articles tels que celui-ci.
- Engagez un personnel pour m'aider dans mes efforts de vous servir.
- Continuez à voyager pour aider à unir des combattants de liberté de santé dans le monde entier.
- Établissez un meilleur site Web, un meilleur serveur de fax-sur-exigence, et ayez plus de temps pour la recherche, les émissions de radio, la prise de parole en public, la mise en réseau et l'organisation.

John, merci pour nous aider pour défendre notre liberté de santé !
Ci-jointe ma donation de :
( )$25. , ( )$50., ( )$75., ( )$100., ( )$200,
Mon meilleur cadeau de $____.
(contrôles payables aux avocats internationaux pour la liberté de santé).

Pour m'engager en tant que conseiller, svp appelez, envoyez par fax, ou email pour discuter vos besoins.
Avocats d'International pour la liberté de santé : John C. Hammell, 2411 Monroe St. Hollywood, FL les 33020 Etats-Unis
954- 927-8795 fax sur demande,
jham@concentric.net
800-333-2553, 954-929-2905,
Fax 954-929-0507