Liquidation de ressort de prolongation de la durée de vie utile

Sclérodermie

Développement et progression de la sclérodermie

La sclérodermie est principalement la conséquence de 3 facteurs importants : dommages de vaisseau sanguin, une réponse autoimmune, et fibrose. De plusieurs manières, ces facteurs créent un cercle vicieux, ainsi la maladie est en général progressive ; c'est spécialement ainsi pour la sclérose systémique (Gabrielli 2008 ; Gomer 2008).

Dommages de vaisseau sanguin

Les petits vaisseaux sanguins sont particulièrement enclins les dommages et le dysfonctionnement provoqués par la sclérodermie. Le dysfonctionnement vasculaire est en grande partie le résultat de l'inflammation et de la fibrose, qui font aller bien au « stiff » et perturber des vaisseaux sanguins leur capacité d'augmenter et se contracter (Varga 2008). Un cachet important des dommages vasculaires qui se produisent dans la sclérodermie est dysfonctionnement endothélial. L'endothélium est la doublure les plus secrets sensible des vaisseaux sanguins (Varga 2008 ; Deanfield 2005 ; Patel 2001 ; Gabrielli 2009). Dans des cas graves de la sclérose systémique, le dysfonctionnement vasculaire dramatique peut être potentiellement mortel (Hummer 2008).

En outre, la sclérodermie est associée au plus grand dépôt du calcium dans des vaisseaux sanguins. Dans une étude, des patients systémiques de sclérose se sont avérés pour avoir un plus grand risque de 11 fois de calcification modéré-à-grave dans les artères qui assurent le coeur (Mok 2011). D'ailleurs, les investigations d'autopsie sur les patients systémiques de sclérose ont trouvé la calcification étendue des petits vaisseaux sanguins qui fournissent le cerveau (héron 1998). 

Inflammation et réponse autoimmune

Les réactions inflammatoires et autoimmunes contribuent également aux lésions tissulaires et au dysfonctionnement vus dans la sclérodermie. Les changements de vaisseau sanguin mènent à une réponse inflammatoire dans l'endothélium. Consécutivement, les cellules endothéliales endommagées libèrent les molécules inflammatoires de signalisation qui recrutent des cellules immunitaires, en particulier lymphocytes T d'aide de CD4+, aux murs de vaisseau sanguin. La présence des médiateurs inflammatoires excessifs sert à renforcer la détérioration continue de l'intégrité de vaisseau sanguin et la génération suivante de plus d'inflammation et de fibrose. L'autoimmunité contribue également aux dommages inflammatoires des vaisseaux sanguins, bien qu'on ne le connaisse pas avec certitude si une réponse autoimmune est le facteur de lancement principal dans la sclérodermie (Varga 2008 ; Castro 2010 ; Gabrielli 2009).

Fibrose

La fibrose décrit le durcissement ou le raidissement des tissus qui sont normalement mous et malléables. Il se produit en raison de l'activation finie des cellules spécialisées appelées les fibroblastes, qui produisent le collagène et la « colle » (appelée la matrice extracellulaire) cette tient des tissus ensemble. Le tissu conjonctif est fait en collagène et d'autres protéines, ainsi quand le collagène excessif est produit par l'intermédiaire de l'overactivation des fibroblastes, tissu conjonctif peut s'accumuler anormalement, de ce fait contribuant à la fibrose de tissu. On propose des dommages d'ADN et l'effort oxydant pro-inflammatoire, qui est augmenté dans les patients présentant la sclérodermie, pour être une force d'entraînement importante derrière l'overactivation de fibroblaste (Gabrielli 2012 ; Avouac 2010).

La fibrose est responsable du symptôme le plus évident de la sclérodermie – durcissement de la peau. Cependant, la fibrose des organes et des vaisseaux sanguins peut se produire aussi bien et ceci contribue à certaines des complications systémiques liées à la sclérodermie.

Le rôle de l'effort et de l'inflammation oxydants dans la sclérodermie

On pense l'accumulation des radicaux libres pour jouer un rôle significatif dans le développement et la progression de la sclérodermie, particulièrement dans la fibrose de tissu. On lui a suggéré que l'équilibre perturbé entre la formation endogène de radical libre et les mécanismes de défense antioxydants puisse être présent dans la sclérodermie, menant à la génération excessive des espèces réactives de l'oxygène (Gabrielli 2012). En effet, on a observé des dommages oxydants accrus d'ADN dans des patients de sclérodermie comparés aux contrôles sains (Avouac 2010).

Il y a quelques théories au sujet de la façon dont les radicaux libres contribuent à la fibrose de tissu dans la sclérodermie. D'abord, les radicaux libres peuvent directement activer les cellules spécialisées appelées les fibroblastes, qui produisent le collagène et la matrice extracellulaire. Une autre théorie suggère que, plutôt que les fibroblastes directement de déclenchement, les radicaux libres puissent la rendre beaucoup plus difficile pour que le tissu conjonctif excédentaire soit décomposé et dégage par le corps, menant à l'accumulation du tissu fibreux indirectement. Très probablement, chacun des deux mécanismes, et probablement d'autres pourtant être découvert, sont impliqués dans les relations entre l'effort et la fibrose oxydants de tissu dans la sclérodermie (Gabrielli 2012).

En dépit des incertitudes entourant la contribution précise des espèces réactives de l'oxygène à la sclérodermie, les scientifiques proposent que la thérapie avec des antioxydants puisse effectivement atténuer certains des changements fibrotiques induits par effort oxydant. Par exemple, les preuves des études animales et humaines suggèrent que le gallate phytochimique antioxydant d'epigallocatechin (EGCG) trouvé dans le thé vert puisse garder contre les changements fibrotiques (Dooley 2010, 2012).

L'inflammation joue également un rôle en négociant le développement de la sclérodermie. En particulier, les dommages de vaisseau sanguin caractéristiques de la sclérodermie sont en grande partie conduits par des réactions inflammatoires. L'inflammation peut également contribuer à la fibrose de tissu (Barnes 2011).

Le médiateur inflammatoire interleukin-6 (IL-6) a attiré l'intérêt significatif de communauté de la recherche comme cible thérapeutique potentielle dans le traitement de sclérodermie. Intéressant, fibroblastes d'isolement dans des lésions cutanées des personnes avec les niveaux plus élevés exprès de sclérose systémique d'IL-6 que des fibroblastes des personnes saines (Feghali 1992). Les tests cliniques sont en cours étudiant l'efficacité de la modulation IL-6 dans le traitement de sclérodermie (Barnes 2011).

Les preuves supplémentaires à l'appui d'un rôle important pour l'inflammation dans la sclérodermie viennent des résultats que des composants du système immunitaire appelé T-cells ont été trouvés aux sites de la fibrose dans un état « activé ». Ceci signifie que ces cellules immunitaires sont recrutées au site de la fibrose et favorisent activement des réactions inflammatoires, y compris la génération d'IL-6 (O'Reilly 2012). D'ailleurs, le degré d'épaississement de peau aux sites de la fibrose cutanée dans la sclérodermie se corrèle avec le nombre de lymphocytes T qui ont infiltré le tissu, suggérant des relations intimes entre les changements fibrotiques et la présence des cellules immunitaires inflammatoires (Fleischmajer 1977). Les modalités de traitement visant des lymphocytes T ont montré une certaine promesse et continuellement sont évaluées (O'Reilly 2012).