Vente superbe d'analyse de sang de prolongation de la durée de vie utile

Bronchopneumopathie chronique obstructive (COPD)

Diagnostic

Les médecins considèrent typiquement COPD dans les patients présentant la toux chronique, la production de crachat, le manque du souffle, la tolérance diminuée d'exercice, et une histoire d'exposition à la fumée de tabac (OR 2011).

Tôt dans la maladie, les examens physiques peuvent être normaux. Plus tard dans la maladie, cependant, le « coffre de baril » classique peut se produire en raison de l'air résiduel emprisonné dans les poumons, menant à leur hyperinflation. En outre, l'effort accru exigé pour exhaler peut produire wheezing, alors que les lèvres pincées ou les respirations de grognement peuvent signaler des efforts de maintenir les voies aériennes ouvertes en augmentant la pression au début de l'expiration (Crawford 2008 ; OR 2011 ; ICSI 2011). En outre, grave à COPD très grave a généralement comme conséquence la fatigue, la perte de poids et l'anorexie (OR 2011).

La spirométrie est l'étalon or pour diagnostiquer et surveiller la progression de COPD. Cet essai de respiration inclut le volume expiratoire obligatoire dans une seconde (FEV1) - le plus grand volume d'air qui peut être respiré dans le premier deuxième d'un grand souffle, et de capacité essentielle obligatoire (FVC) - le plus grand volume d'air qui peut être respiré dans un grand souffle entier. Dans les personnes en bonne santé, au moins 70% du FVC sort dans le premier deuxième (c.-à-d., le rapport de FEV1/FVC est >70%). En fait, le rapport <70% de FEV1/FVC est une caractéristique diagnostique de COPD (Nathell 2007 ; OR 2011).

D'autres essais (par exemple, rayons X, tomodensitométrie, et représentation de résonance magnétique) peuvent être réalisés si on suspecte des complications telles que la pneumonie.

Le niveau de álpha-1-antitrypsine de sérum peut également être mesuré pour détecter l'insuffisance de álpha-1-antitrypsine. Cet essai peut être particulièrement considéré pour des personnes d'origine européenne du nord avec une histoire personnelle de COPD avant l'âge 50, des antécédents familiaux de COPD ou d'emphysème, et l'exposition limitée aux inhalants ou aux irritants (Serapinas 2012 ; Américain Lung Assc. 2011; Manuel de Merck 2008).

Les exacerbations de COPD développent souvent suivre une infection respiratoire ou trachéale supérieure virale. L'évaluation des exacerbations de COPD est basée sur le degré de limitation, durée ou détérioration de nouveaux symptômes, et nombre de flux d'air d'épisodes précédents. Les essais cliniques (par exemple, électrocardiographie, numération globulaire, et présence des infections) peuvent également être réalisés pour évaluer la sévérité d'une exacerbation (OR 2011).